Alors même que plusieurs pays légifèrent pour interdire les cirques avec animaux, en Espagne, un éléphant de cirque est tué dans un accident de la route

Par
1 447
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

C'est une scène peu ordinaire qui attendait des automobilistes espagnols hier, lundi 2 avril : des éléphants se sont retrouvés au beau milieu de l'autoroute, après un accident du camion de cirque qui les transportait, bloquant la circulation pendant près de deux heures.

Malheureusement, l'histoire ne s'est pas bien terminée pour les animaux : sur les cinq pachydermes, l'un est mort et deux autres ont été blessés.

Alors que le camion était en train de doubler un véhicule lent sur l'autoroute, non loin de Pozo Canada, dans le centre de l'Espagne, il a soudainement basculé, et s'est renversé. L'accident a provoqué un blocage complet de l'autoroute pendant près de deux heures, le temps que les autorités espagnoles acheminent des grues pour déplacer les animaux à bord d'autres véhicules et dégager la voie.

Bien que paniqués, les animaux ont pu s'extraire du camion, et ont pu attendre l'arrivée des secours. Deux éléphants ont été blessés à des degrés divers lors du choc, tandis qu'un troisième a succombé à ses blessures. 

Si les causes exactes de l'accident sont encore en train d'être étudiées, cet accident fait resurgir à nouveau des questions concernant les cirques pratiquant des spectacles d'animaux exotiques. Alors que les conditions de dressage de ces animaux sont le plus fréquemment pointées du doigt, leurs conditions de vie en captivité, ainsi que de déplacement dans le cadre des cirques itinérants suscitent également un bon nombre d'interrogations de la part du public et provoquent un sentiment de rejet de plus en plus fort dans l'opinion.

Double hasard du calendrier, le 5 avril, paraîtra aux éditions Tchou le livre « contre l’exploitation animale » d'André-Joseph Bouglione, dans lequel le Circassien et ancien dresseur expliquent les raisons qui l'ont poussé à ranger son fouet et à réformer son cirque afin de défendre la cause animale... Et ce mardi 3 avril, une trentaine de pays (dont la France ne fait, à ce jour, pas encore partie) ont légiféré contre la présence des animaux dans les cirques.

Déjà certains pays ont décidé de légiférer afin d'interdire ces spectacles sur leur territoire au cours des derniers mois, parmi lesquels on compte l'Italie ou encore l'Écosse. Une vague relativement récente, qui s'expliquerait par un changement progressif des consciences, une succession d'affaires à charge dans le monde du cirque, mais aussi par l'émergence  d'initiatives locales de cirques ayant décidé d'eux-mêmes d'arrêter leurs spectacles mettant en scène des animaux sauvages. 

Pour les détracteurs des cirques à animaux, les spectacles mettant en scène des espèces sauvages s'apparentent à de la maltraitance animale, à cause des conditions de vie en captivité et des méthodes employées par certains dresseurs pour apprendre les tours aux animaux. Sottises, rétorquent les principaux intéressés, fustigeant les campagnes de « mensonges et de dénigrement » de personnes qui n'ont « jamais mis les pieds dans un cirque ».

En soi, et au-delà de ses conséquences tragiques, l'accident de camion qui a eu lieu près de Pozo Canada ce lundi n'est pas forcément révélateur de mauvais traitements sur les animaux, même si la cause du retournement du véhicule reste encore à déterminer. Mais qu'il s'agit d'un nouveau coup dur pour l'image du cirque « traditionnel » auquel ses partisans restent malgré tout très attachés, vent debout contre les critiques qui fusent de toutes parts.

Il y a quelques mois, un accident avait également soulevé l'ire des défenseurs des animaux lorsqu'un tigre avait été abattu par son dresseur, en plein 15e arrondissement de Paris, après s'être échappé de sa cage. Selon Eric Bormann, le directeur du cirque Bormann Moreno d’où le fauve s'était enfui, l'animal aurait justement été libéré volontairement par des activistes anti-animaux de cirque, qui avaient voulu « rendre la liberté » au tigre, sans réfléchir aux conséquences.

Contraint de payer une taxe pour excédent de bagage à l'aéroport, il enfile 15 couches de vêtements
Cirque Animaux Espagne éléphant Accident
Commentaires