En Nouvelle-Zélande, plus de 12 000 lapins, dindes, opossums et hermines sont morts lors d'une chasse de Pâques

1 005partages

Dans la ville d’Alexandra, en Nouvelle-Zélande, une chasse aux lapins a été organisée. En deux jours, des chasseurs ont tué plus de 12000 lapins, dindes, opossums et hermines.

Depuis plus de 25 ans, la ville néo-zélandaise d’Alexandra organise une grande chasse aux lapins durant les fêtes de Pâques. Cette tradition consiste à tuer des lapins vivants plutôt que de chercher des œufs en chocolat.

L’événement avait été annulé durant les trois dernières années, à cause d’un virus qui s’était propagé chez les animaux, des risques d’incendies, et de la pandémie de Covid-19.

Nouvelle-Zélande : les lapins considérés comme une espèce nuisible

Entre vendredi matin et dimanche midi, 25 équipes composées de 12 chasseurs se sont réunies pour abattre un maximum de lapins. Selon le Lions Club, organisateur de l’événement, cette tradition sert à protéger la biodiversité et l’agriculture locales, en diminuant la population de lapins, qui ravagent les cultures.

Crédit photo : The Len / Shutterstock

Les lapins ont été introduits en Nouvelle-Zélande dans les années 1800, et ont peu à peu envahi la région. Selon le Lions Club, ils seraient devenus une menace importante pour l’agriculture et la biodiversité et sont considérés comme des animaux nuisibles par les organisateurs de la chasse.

Plus de 12 000 animaux sont morts lors de la chasse aux lapins

Au total, 11 968 lapins et 555 dindes, opossums et hermines sont morts. Selon Dave Ramsay, l’organisateur de la chasse, il s’agirait d’un « chiffre très respectable ». Il affirme également avoir « le soutien total de la communauté ».

« Cet événement est attendu avec impatience d’année en année. La chasse aux lapins de Pâques a une connotation religieuse pour certaines personnes, mais c’est aussi un moment amusant pour les enfants, car beaucoup participent à notre événement », a-t-il déclaré.

Malgré le nombre important de décès de lapins, cette diminution n’aura pas d’impact sur leur population, car ils sont extrêmement nombreux dans la région.

Source : The Guardian
Plus d'articles
À lire aussi