Euro 2020 : les 10 plus beaux moments de l'histoire des Bleus

Les fans de football l’attendaient avec impatience: l’Euro 2020 débute ce vendredi 11 juin à Rome, après avoir été décalé d'une année en raison du Covid-19. Cette année, les Bleus rêvent (une nouvelle fois) de ramener la coupe à la maison. Grâce à leurs palmarès impressionnants, les joueurs de Didier Deschamps sont en mesure de remporter le trophée. En attendant, (re)découvrez les 10 plus beaux moments de l’équipe de France.

Reporté en raison du Covid-19, l’Euro 2020 se déroule du 11 juin au 11 juillet. Vendredi soir, le match d’ouverture de la 16ème édition du championnat d’Europe de Football opposera l’Italie à la Turquie.

À voir aussi

Cette année, la compétition devrait nous offrir des moments grandioses et inoubliables. De leur côté, les Bleus sont considérés comme les principaux favoris du tournoi. Les champions du monde en titre affronteront l’Allemagne ce mardi 15 juin à 21 heures.

Portée par Kylian Mbappé, Antoine Griezmann et N’Golo Kanté, l’équipe de France est bien déterminée à remporter la victoire. Les Tricolores devront également répondre présents contre la Hongrie et le Portugal.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les joueurs de Didier Deschamps ont une revanche à prendre contre les Portugais. Lors de la finale de l’Euro 2016, la France avait encaissé un but décisif durant les prolongations, octroyant ainsi la victoire à l’équipe adversaire.

À l’occasion de l’Euro 2021, la rédaction a décidé de revenir sur les 10 plus beaux moments de l’histoire des Bleus.

Coupe du monde 1982 (1/2 finale) : France 3 - 3 Allemagne

Crédit Photo : AFP/Thomas Bach

Séville 1982 : l’ambiance est tendue au stade Ramon Sanchez Pizjuan. L’équipe de France affronte en demi-finale de Coupe du monde la RFA. Ce soir-là, les Allemands se qualifieront de justesse pour la finale du Mondial.

Menés 1-0 durant la première mi-temps, les Bleus obtiennent un penalty à la 27e minute. Sans surprise, Michel Platini égalise après avoir tiré une frappe puissante dans les cages adversaires.

La seconde période est difficile pour les Tricolores : le milieu de terrain Bernard Genghini sort sur blessure et est remplacé par Patrick Battiston. Dès son entrée de jeu, le joueur fait peur à l’équipe allemande.

Cinquante-septième minute : Platini délivre une passe décisive à son coéquipier. Le défenseur se retrouve seul face aux cages et manque in extremis son tir. Entre-temps, le gardien allemand Harald Schumacher s’élance sur Patrick Battiston et le percute violemment.

Inconscient, le Français est évacué du terrain avec trois dents en moins. Heureusement pour la RFA, cet attentat contre Battiston est resté impuni. Il faut dire que la VAR n’existait pas à cette époque.

La suite de la rencontre donne l’avantage aux Bleus mais les attaquants ne parviennent pas à marquer. C’est le début des prolongations. Durant ce laps de temps supplémentaire, Marius Trésor et Alain Giresse offrent deux buts à la France.

Quelques minutes plus tard,l’Allemagne marque un deuxième but, puis un troisième. Cette remontada signe la fin des prolongations. Pour la première fois, un match de la Coupe du monde va se jouer aux tirs au but.  

Hélas, la Mannschaft remporte la séance et file en finale. Près de 40 ans plus tard, cette rencontre est considérée comme l’un des plus grands matchs de l’histoire, comme l’affirme Michel Platini :

« Celui qui n’a jamais vu ce match n’a jamais vu un match de football. Celui qui n’a jamais vu ce match n’a jamais vu un match de Coupe du monde ».

Finale de l'Euro 1984 : France 2 – 0 Espagne

Crédit Photo : AFP

En 1984, l’équipe de France remporte le premier titre majeur de son histoire : la finale de l’Euro contre l’Espagne. Une belle revanche pour les joueurs de Michel Hidalgo.

Pour la deuxième fois de son histoire, l’Hexagone accueille le championnat d’Europe de l’UEFA. Enflammés par la popularité et l’engouement qu’ils déclenchent, les Bleus s’illustrent dans la compétition.

La nation hôte se qualifie sans problème pour la finale après avoir remporté ses cinq matchs. Karma ou non, les Allemands sont éliminés dès le premier tour.

La rencontre opposant les Français aux Espagnols se déroule le 27 juin au Parc des Princes. Dans les tribunes, les 47 368 spectateurs ne tiennent plus en place. Ils ne seront pas déçus.

Le capitaine des Tricolores, Michel Platini, ouvre le score à la 57ème minute grâce à un superbe coup franc. La suite du match est rythmée par l’expulsion de Yvon Le Roux pour deux cartons jaunes.

À la 90e minute, l’attaquant Bruno Bellone (alias Lucky Luke) inscrit le deuxième but de la victoire, au grand dam des Espagnols.

Coupe du Monde 1998 (8e de finale) France 1 – 0 Paraguay

Crédit Photo : AFP

Le 28 juin 1998, l’équipe de France affronte le Paraguay en demi-finale lors de la seizième édition de la Coupe du monde de football, au stade Félix-Bollaert (Lens). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la partie n’est pas gagnée d’avance.

Privés de Zidane, les Bleus d’Émile Jacquet ratent plusieurs occasions durant la première mi-temps. De son côté, le gardien paraguayen (José Luis Chilavert) protège ses cages efficacement.

En seconde période, les Tricolores dominent mais leurs adversaires ne se laissent pas faire et réalisent quelques contre-attaques. La tête plongeante de Gamarra à la 57e minute caresse le poteau de Fabien Barthez.

L’équipe de France encaisse également un coup dur. Blessé à la cheville gauche, Thierry Henry quitte le terrain et cède sa place à Pirès. Ensuite, les Bleus tentent à plusieurs reprises de marquer, en vain.

De son côté, le public se ronge les sangs et la prolongation annonce la fin de la deuxième mi-temps. Djorkaeff, Pirès et Guivarc'h ne lâchent rien mais leurs efforts ne suffisent pas.

À la 113e minute, les Tricolores peuvent enfin souffler : Laurent Blanc inscrit le but de la victoire grâce à la passe de Trezeguet. Chapeau l’artiste !

« J'avais promis de marquer un but pendant la Coupe du monde. C'est fait. C'est un énorme sentiment personnel, très fort mais que je ne peux pas définir pour l'instant », avait commenté le chevalier blanc.

Coupe du Monde 1998 (1/2 finale) : France 2 - 1 Croatie

Crédit Photo : LP/Olivier Lejeune

Mercredi 8 juillet 1998. Le Stade de France est plein à craquer: 80 000 spectateurs assistent à la demi-finale France-Croatie. Ce soir-là, les Bleus vont écrire l’histoire.

Le début de rencontre est compliqué pour les Tricolores. Leurs adversaires dominent et les joueurs français (dont Zinedine Zidane) tentent de marquer, sans succès.

En seconde période, le défenseur Davor Suker profite d’une erreur de placement de Lilian Thuram pour inscrire le premier but de la rencontre à la 47e minute. Mais dès la minute suivante, le défenseur français égalise.

Remonté à bloc, Lilian Thuram marque son deuxième but à la 70e minute. De son côté, Laurent Blanc écope d’un carton rouge. Durant le temps additionnel, la Croatie cause une belle frayeur aux supporters, mais ne parvient pas à scorer.

Coup de sifflet final : l’équipe de France est qualifiée pour sa première finale dans un Mondial.

Finale de la Coupe du monde 1998 : France 3 – 0 Brésil

Crédit Photo : AFP

12 juillet 1998: hôte de la compétition, l’équipe de France est en passe de remporter sa première Coupe du monde face au Brésil. La première mi-temps se déroule comme dans un rêve : Zinedine Zidane inscrit deux coups de tête sur corner quelques minutes avant la pause.

En seconde période, les Bleus ne font qu’une bouchée des Brésiliens et se rapprochent dangereusement de la victoire. Après son doublé, Zizou est omniprésent sur le terrain et délivre un match de grande qualité.

Ses coéquipiers ne sont pas en reste : Fabien Barthez et Lilian Thuram sont irréprochables. Toutefois, les joueurs de Mario Zagallo se créent plusieurs occasions mais leurs tentatives échouent.

À la 67e minute, Marcel Desailly reçoit un deuxième carton jaune. La sanction est immédiate : le défenseur est exclu. À quelques minutes de la fin, Emmanuel Petit se lance dans une course folle et marque le troisième but de la rencontre.

Coup de sifflet final : Les 80 000 supporters présents au Stade de France éclatent de joie. Les Bleus sont sacrés champions du Monde pour la première fois de l’histoire.

Les mots du regretté Thierry Rolland résument à merveille cette soirée inoubliable: « Je crois qu'après avoir vu ça, on peut mourir tranquille. Enfin, le plus tard possible, mais on peut. Ah c'est super. Quel pied, ah quel pied! Oh putain! Olalala! ».

Finale de l'Euro 2000 : France 2 – 1 Italie

Crédit Photo : AFP

Les champions du monde en titre affrontent l’Italie. Le début de la rencontre est équilibré avec des équipes qui se rendent coup pour coup.

En seconde période, Thierry Henry et Zinedine Zidane sont à l’origine de deux belles occasions avant de voir leur équipe encaisser un but signé Marco Delvecchio à la 55e minute.

La suite se déroule sous haute tension, et alors que les Italiens s’apprêtent à célébrer la victoire, Sylvain Wiltord délivre une nation entière d’une frappe pied gauche. C’est l’heure du but en or.

Les Français prennent l’ascendant et se montrent plus actifs que la Squadra, Maldini contrant notamment un geste acrobatique de Zizou. Grâce à un débordement puis un centre de Pirès, Trezeguet expédie un missile d’une reprise pied gauche en pleine lucarne (103e minute).

Le Bleu offre la seconde victoire en championnat d’Europe à l’équipe de France lors d’un des scenarii les plus palpitants.

Coupe du monde 2006 (quart de finale) France 1 – 0 Brésil

Crédit Photo : AFP

Lors d’une Coupe du monde où le football de Raymond Domenech a été largement décrié, Zinedine Zidane a porté l’équipe de France pour sa dernière compétition sous le maillot tricolore.

Le quart de finale contre la Seleçao en est le parfait exemple. Zizou prend le jeu à son compte et nous gratifie de superbes gestes techniques : crochet, roulette, contrôle orienté et sombrero, toujours dans le bon timing pour créer de l’action, en faisant passer certains Brésiliens pour des joueurs de district. 

A la 57e minute, le numéro 10 continue sa masterclass en offrant à Thierry Henry une passe décisive sur coup franc, dont la reprise du plat du pied suffira à qualifier l’équipe de France.

Ce soir-là, Zidane avait tout le stade allemand à ses pieds. Certains amateurs de football affirment qu’il s’agit du meilleur match de sa carrière.

Coupe du monde 2018 (8ème de finale) France 4 – 3 Argentine

Crédit Photo : AFP

S’il y a bien une chose que les Français retiendront de ce match, c’est la réaction spontanée de Grégoire Margotton face à un but improbable, le célébrissime : « SECOND POTEAU PAVAAAARD ».

Ce but d’anthologie permet à la France d’égaliser à la 57e minute, 2-2. Il fait suite à l’ouverture du score de Griezmann sur penalty, puis à l’égalisation du joueur parisien Angel Di Maria et au but de Mercado à la 48e.

Kylian Mbappé signe un doublé foudroyant en quelques minutes (64e, 65e), permettant aux Bleus de respirer, tout en évitant la catastrophe lorsque Sergio Agüero inscrit le but du 4-3 à la 93e.

Une belle prestation d’équipe lors d’un match palpitant, qui a idéalement lancé la phase éliminatoire de cette Coupe du monde pour les joueurs de Didier Deschamps.

Coupe du monde 2018 (demi-finale) France 1 – 0 Belgique

Crédit Photo : AFP

Au cours de cette soirée mémorable, l’équipe de France a battu nos voisins belges, grâce au but victorieux de Samuel Umtiti. Sa célébration reste encore gravée dans nos mémoires.

Dès la première mi-temps, la tension s’installe sur le terrain : les Bleus et les diables rouges se livrent une bataille impitoyable. Les deux équipes mettent la pression mais ne parviennent pas à scorer.

Tout bascule à la 51e minute lorsque Samuel Umtiti libère son équipe sur corner. Le défenseur du FC Barcelone inscrit un but de la tête, au grand dam de Thibaut Courtois. Ensuite, les Tricolores ne laissent rien passer et resserrent les espaces.

Comme à son habitude, Hugo Lloris répond présent et bloque les tentatives adversaires. C’est fait : les Bleus filent en finale pour la troisième fois de son histoire.

Finale de la Coupe du monde 2018 : France 4 – 2 Croatie

Crédit Photo : AFP

« 20 ans après c’est le moment, allez les Bleus, allez ». Comme l’avait prédit le chanteur Vegedream, la France a remporté la deuxième Coupe du monde de son histoire le 15 juillet 2018, au stade Loujniki de Moscou.

Cette finale oppose l’équipe de France à celle de Croatie, portée par le milieu du Real Madrid Luka Modric. Le début de rencontre est difficile pour les joueurs de DD. Certains joueurs peinent à imposer leur jeu et les Croates dominent les hostilités.

La position de force s’inverse lorsque Mario Mandzukic marque contre son camp d’une tête qui trompe son gardien, le match est lancé. Ivan Perisic égalise quelques minutes plus tard grâce à une frappe qui ne fait qu’une bouchée de Lloris.

Un penalty tiré par Antoine Griezmann donne l’avantage aux Bleus. N’golo Kanté, infatigable travailleur du milieu de terrain, cède malheureusement sa place en début de seconde période en raison d’une gastro.

À la 59e minute, Paul Pogba fait à la fois respirer et exulter le peuple Français d’une frappe magistrale pied gauche pour tromper Daniel Subasic. 3-1, puis 4-1 grâce à une combinaison entre Lucas Hernandez et Mbappé.

L’attaquant parisien envoie un tir puissant au ras du poteau et marque. Tous les supporters s’attendent alors à soulever la coupe quelques minutes plus tard, même si Mandzuki redonne quelques frissons aux Bleus.

Le score restera le même et la France décroche sa deuxième étoile, vingt ans après 1998.

Mention Bonus : Coupe du Monde 1958, les 13 buts de Just Fontaine et la 3ème place

Si l'on se souvient surtout des titres remportées, la première équipe de France à avoir apporter de l'émotion fut celle de 1958 à l'occasion de la 6ème édition de la Coupe du Monde, qui regroupait 16 équipes dont 12 européennes. Cette édition a marqué l'histoire puisqu'elle reste à ce jour la seule remportée par un pays non-européen sur le sol européen. Il s'agissait alors du premier titre du Brésil et surtout de la découverte d'un joueur de 17 ans qui a éclaboussé la compétition de son talent, un certain Pelé.

De son côté, la France s'affirmait pour la première fois comme une équipe prête à jouer un rôle sur la scène internationale avec des joueurs comme Raymond Kopa, meneur de jeu du Real Madrid galactique des années 50, mais aussi Jean Vincent, Just Fontaine et Roger Piantoni.

Elle confirmera ce statut nouveau dès la phase de poules, et notamment le premier match avec une victoire 7-3 contre le Paraguay, qui sera suivies de deux autres succès contre la Yougoslavie (3-2) et l'Ecosse (2-1).

Au bout de ces trois premiers matches, Just Fontaine compte déjà six buts à son actif. Il ajoutera deux nouveaux buts en quarts de finale pour permettre aux Bleus de passer facilement l'obstacle Irlande du Nord (4-0).

Hélas, le rêve prend fin face à la Selecao en demi-finale, lors d'une lourde défaite 5-2 et un triiplé du jeune Pelé. En lot de consolation, la France remportera la petite finale 6-3 contre l'Allemagne de l'Ouest, permettant à Just Fontaine, auteur d'un nouveau triplé dans cette rencontre, de rentrer dans l'Histoire de la compétition.

En effet, il reste, à ce jour, le meilleur buteur de l'Histoire sur une édition de Coupe du Monde avec 13 réalisations. Il est également resté longtemps le meilleur buteur, tout court, de l'Histoire de la compétition, mais fut dépassé par Gerd Müller (14 buts en 1970 et 1974), lui aussi devancé ensuite par Ronaldo (15 buts entre 1998, 2002 et 2006) et Miroslav Klose (16 buts en 2002, 2006, 2010 et 2014). Si on doit comparer Just Fontaine à son époque, ses 13 buts en six matches devancent Pelé qui a marqué 12 buts en 14 matches sur quatre éditions.