Fuites, embouteillages, manifestations... soirée mouvementée dans la capitale, avant le reconfinement

970partages

En marge du reconfinement sanitaire, mis en place pour lutter contre la seconde vague de l’épidémie de Covid-19, beaucoup de Franciliens ont fui la région parisienne.

Alors que le reconfinement a officiellement débuté la nuit dernière, de très nombreux parisiens ont anticipé sa mise en application, en fuyant la capitale pour se mettre au vert.

Un exode quelque peu précipité qui a provoqué d’énormes embouteillages en Île-de-France mais aussi de véritables cohues dans les gares.

Plus de 700 km de bouchons recensés en Île-de-France à l'approche du reconfinement

736 km de bouchons cumulés ont ainsi été enregistrés dans Paris et sa banlieue ce jeudi en fin d‘après-midi, selon le site d’information routière Sytadin.

À titre de comparaison, « seuls » 335 km de bouchons avaient été recensés la veille. Un chiffre inhabituel qui était déjà deux fois supérieur à la normale !

Si l’axe Paris-Province était bien évidemment le plus encombré, le sens des retours n’était pas en reste, à l’approche de la fin des vacances de la Toussaint.

Certaines rues de la capitale, notamment aux alentours du périphérique, étaient par ailleurs bouchées comme rarement. C'est ce qu'ont pu constater certains Parisiens, dont beaucoup s’étaient donné rendez-vous en terrasse pour apprécier un dernier verre avant le reconfinement.

Outre le trafic routier, certaines gares parisiennes ont également été le théâtre d’affluences inhabituelles, notamment la gare Montparnasse, comme le montre la vidéo ci-dessous.

Si de nombreux Parisiens et autre Franciliens, qui en avaient les moyens, ont pris la poudre d’escampette, un certain nombre d’habitants n’ont toutefois eu d’autre choix que de rester.

Et parmi ces derniers, quelques dizaines de personnes n’ont pas hésité à braver le couvre-feu pour manifester leur mécontentement et leur opposition au reconfinement, du côté de la place de la République.

Des rassemblements similaires ont été observés dans d’autres villes françaises, comme Toulouse ou Castre.

Source : AFP
Plus d'articles