Cette vidéo d'un albatros, qui se loupe complètement à l'atterrissage, fait rire la toile

Être un oiseau n'est pas de tout repos et ce n'est pas cet albatros, victime d'un petit problème à l'atterrissage, qui viendra dire le contraire.

L’important, ce n’est pas la chute mais l’atterrissage !

Ce dicton bien connu des amateurs de Matthieu Kassovitz semble à propos lorsque l’on visionne la vidéo du moment, qui n’en finit plus de « buzzer » sur internet.

Sur ces images, filmées en Nouvelle-Zélande, un pauvre albatros se loupe complètement en se posant sur la terre ferme et se retrouve le bec au sol avec les pattes en l’air.

L’animal a ensuite toutes les peines du monde à se redresser, sous le regard placide et indifférent de l’un de ses congénères.

Crédit : capture d'écran @RoyAlbatrossCam

Crédit : capture d'écran @RoyAlbatrossCam

Ce pauvre albatros se loupe complètement à l'atterrissage et sa cabriole provoque l'hilarité du web

Cet atterrissage totalement raté a provoqué l’hilarité des internautes !

La scène improbable s’est déroulée le 6 mars dernier dans al réserve naturelle de Taiaroa Head, au sud-est du pays, et a été immortalisée par les caméras qui observe d’ordinaire la période de reproduction des albatros.

Au-delà de son caractère comique évident, la vidéo - qui a tout de même été vue plus d’un million de fois - a surpris les spécialistes des volatiles car ces atterrissages ratés sont d’habitude le fait d’oiseaux plus jeunes.

Or, selon les observations des ornithologues, celui-ci semble être âgé de 11 ou 12 ans.

Si l’on en croit les explications données au Guardian par Honai Langsbury - le responsable du tourisme dans la réserve -, ce « crash » n’est en rien dû à une maladresse mais plutôt à un changement brutal du vent, qui aurait ainsi surpris l’animal.

La vidéo aura au moins eu le mérite de rappeler à tous que les albatros restent « les oiseaux marins les plus menacés au monde » puisque « 15 des 22 espèces risquent l’extinction » selon la Royal Society for the Protection of Birds.

Source : The Guardian
Plus d'articles
À lire aussi