Boulogne-sur-Mer : une ado de 12 ans, qui fêtait Halloween, rentre de sa chasse avec un... joint dans son sac à bonbons

1 122partages

Il ne s'attendait certainement pas à ça. Un ado a retrouvé un… joint dans le sac de sa petite sœur de 12 ans, qui prenait part aux célébrations d'Halloween. La drogue aurait manifestement été glissée dans le butin de la fillette lors de la chasse aux bonbons.

Était-ce Halloween ou Halloweed ?

À voir aussi

Le jeu de mots peut vous paraître douteux mais vous allez très vite comprendre en lisant ces quelques lignes.

Alors qu’il participait à la désormais traditionnelle fête du 31 octobre - importée d’Irlande et des États-Unis - avec des membres de sa famille, un jeune homme du Pas-de-Calais a retrouvé un… joint de cannabis au milieu des bonbons récoltés par l'une de ses sœurs.

Crédit : photo d'illustration : Shutterstock / @Sheesh62200

Un joint glissé dans le sac de bonbons d'une jeune fille de 12 ans, lors des célébrations d'Halloween 

Les faits se sont produits dimanche dans la commune de Boulogne-sur-Mer.

Ce jour-là, comme chaque année lors des festivités d’Halloween, deux sœurs, âgées de 5 et 12 ans, accompagnées de leur frère de 18 ans décident d’aller frapper aux portes du voisinage pour demander des friandises aux habitants.

Après avoir écumé quelques maisons dans le quartier du Chemin vert, l’aîné décide de jeter un œil sur la récolte générale et en fouillant le sac de la cadette, découvre, non sans surprise, ce qui ressemble à une cigarette roulée.

Immédiatement, il la retire et, une fois rentré à son domicile, la montre à ses parents.

Ces derniers tombent alors des nues en découvrant qu’il s’agit non pas de tabac mais bien d’un joint de cannabis, comme l’ont confié les intéressés au quotidien La Voix du Nord.

« À l’odeur, on est certains que ce n’était pas une cigarette, mais un joint (…) vous vous rendez compte ! Déposer ça dans le sac d’une enfant de 12 ans, c’est inquiétant. D’autant plus quand on sait que beaucoup d’enfants font Halloween sans leurs parents », ont-ils ainsi déploré.

Quelque peu consternés, les parents ont décidé de partager cette expérience sur les réseaux sociaux, afin d’alerter les riverains.