« Honorer les héros du quotidien », des députés et plusieurs pétitions militent pour un défilé des soignants le 14 juillet

5 261partages

En première ligne dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, les soignants bénéficient d’un soutien sans relâche de la part des Français. Des élus comme Damien Adam, député LREM de Seine-Maritime, et Catherine Dumas, sénatrice LR de Paris, ainsi que plusieurs pétitions, militent pour l’association des médecins et soignants au défilé du 14 juillet prochain.

Il faut les honorer et les remercier à chaque fois que l’occasion se présente. Le personnel soignant des hôpitaux de France ainsi que plusieurs autres professions doivent être à côté des militaires le 14 juillet, à l’occasion du traditionnel défilé. C’est l’idée soulevée par certains élus de la République et des pétitions qui demandent leur association à la fête du 14 juillet prochain.

Crédit image: Shutterstock/DreamSlamStudio

Dans une pétition mise en ligne par Ruben Valéry, ce message est adressé au président Emmanuel Macron : « Ils sont nos héros et méritent la reconnaissance de toute la Nation. À l'occasion du 14 juillet, il serait juste de les voir défiler aux côtés de nos soldats, pompiers, gendarmes et policiers sur l'avenue des Champs-Elysées ».

Cathérine Dumas, députée LR, partage l’avis selon lequel il faut rendre hommage aux professions qui se sont données corps et âme dans la lutte contre le coronavirus : « Si les conditions sanitaires le permettent, je suggère d'associer à la prochaine fête nationale du 14 juillet les personnels soignants et tous nos héros du quotidien (commerçants, conducteurs de transports, éboueurs, professeurs mobilisés pour la continuité scolaire…) », déclare l'élue dans un courrier adressé à Emmanuel Macron le 23 mars dernier.

Sur France info, un haut gradé de l’armée avoue que l'idée est « compliquée à envisager ». Avec les préparatifs et les conditions qu’exige un défilé, l’hypothèse de voir un « carré de soignants » installé sur la place de la Concorde paraît plus envisageable qu’une marche à côté des militaires, souligne le haut gradé.

Ce ne sera pas du tout chose facile si l’on connaît le contexte incertain dans lequel risquerait de se dérouler la fête du 14 avril, juste après une probable sortie de crise. Quoi qu’il en soit, la question reste posée. D’ici là, les choses seront un peu plus claires les jours à venir et nous en saurons plus.

Source : franceinfo
Plus d'articles