Vive émotion aux îles Féroé, où près de 1 500 dauphins sont été massacrés en une journée

1 187partages

Cette année, lors de la traditionnelle chasse aux dauphins, plus de 1 400 cétacés ont été tués. Alors que les autorités défendent cette pratique, c’est la première fois qu’un nombre aussi important de dauphins est tué. 

Chaque année, les îles Féroé organisent une grande chasse aux dauphins. Ce dimanche 13 septembre, plus de 1 400 cétacés ont été massacrés sur cet archipel autonome situé dans l’Atlantique Nord.

Cette journée de chasse est une coutume ancestrale appelée le « grindadrap », et cette pratique consiste à encercler des dauphins avec des bateaux de pêche, pour qu’ils puissent être tués au couteau par des pêcheurs restés à terre. Les cadavres des mammifères sont ensuite entassés sur la plage.

1 432 dauphins ont été tués

Crédit photo : Sea Shepherd

En une seule journée, les pêcheurs ont massacré 1 432 dauphins, ce qui est un triste record. En effet, c’est la première fois qu’autant de dauphins sont tués, dont des dauphins à flancs blancs, qui sont habituellement épargnés. En 2020, 600 cétacés avaient trouvé la mort.

« Nous n’avons pas de tradition de chasser ces mammifères-là, il y en a généralement quelques-uns dans la chasse, mais nous n’en tuons normalement pas un si grand nombre. Cela semble assez extrême et il a fallu du temps pour les tuer tous, alors que d’habitude c’est assez rapide », a décrété Hallur av Rana, journaliste de la télévision publique locale.

Vive émotion de la part des défenseurs des animaux

Ce vrai massacre a procuré une vive émotion pour les habitants de l’île et les associations de défense des animaux. Sur l’île, 53% de la population est opposée à cette chasse. Selon Sea Sheperd, une ONG écologiste, cette chasse est une « pratique barbare » et un « crime contre le Vivant ». Cependant, les autorités ont tenu à défendre cette coutume.

« Il ne fait aucun doute que la chasse aux cétacés dans les îles Féroé est un spectacle dramatique pour les personnes peu habituées à la chasse et au massacre de mammifères. Ces chasses sont néanmoins bien organisées et entièrement réglementées », a affirmé un porte-parole du gouvernement de Torshavn.

Enfin, les autorités affirment que cette tradition est un système de chasse durable, qui permet d’obtenir de la viande de dauphin, qui n’est cependant pas commercialisée.

Source : La Provence