Jean-Marie Bigard relance sa candidature à l'élection présidentielle

22partages

Lors de son spectacle à l’Apollo Théâtre à Paris, samedi soir, l’humoriste Jean-Marie Bigard a relancé sa candidature pour l’élection présidentielle, non sans égratigner certaines personnalités politiques.

Après avoir fait le buzz durant la crise sanitaire, interpellant le gouvernement sur la gestion de la pandémie, Jean-Marie Bigard s’était senti poussé des ailes. A tel point qu’il songeait à devenir candidat pour l’élection présidentielle, se positionnant en porte-voix de la population.

Publicité

Cependant, l’humoriste avait fait marche-arrière, arguant que la politique n’était pas son terrain de jeu : « J’y connais rien en politique. J’ai jamais voulu en faire. Je me ferais déchiqueter si je rentrais sur le terrain. Je préfère gueuler en tribune » avait-il déclaré dans le magazine Society.

Jean-Marie Bigard, candidat sérieux à l'élection présidentielle ?

Seulement voilà, Jean-Marie Bigard n’en a visiblement pas fini avec le monde politique. Samedi soir, sur la scène de l’Apollo Théâtre de Paris, il s’est relancé dans la course à la présidentielle et n’a pas manqué de s’en prendre, avec une violence verbale, à certains membres du gouvernement.

« Je ne me suis pas retiré. Simplement c’est un vrai sport et donc quand tu n’en as pas fait depuis longtemps, j’ai dit qu’on était mieux dans les tribunes. Mais je ne jette pas l’éponge, je suis ravi de faire peur » explique-t-il, avant d’ajouter : « Je vais prendre mon téléphone et demander aux maires les 500 signatures. Imagine si je les ai avant tout le monde ? Là je vais vraiment leur faire peur ».

L’intention est donc bien réelle et le passage à l’acte est imminent. Il énumère alors certaines mesures qui pourraient s’inscrire dans son programme comme la réouverture des maisons closes, le retour du droit de goutte autorisant la conception de sa propre eau-de-vie et aussi l’abrogation de la loi PLM, relative au statut électoral de Paris, Lyon et Marseille.

Ensuite, concernant la classe politique, Jean-Marie Bigard n’y est pas allée de main morte. Dans son viseur, on y retrouve Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé et candidate LREM à la mairie de Paris, qui aurait «du sang sur les mains» selon lui. Il s’en est attaqué, en des termes assez violents, à l’actuel ministre de la Santé, Olivier Véran, et à la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

Plus d'articles