La coupe est pleine pour les chasseurs, inquiets à l'idée de se voir interdire... l'alcool

Bouton whatsapp

Alors que le sénat songe à instaurer un contrôle de l’alcoolémie des chasseurs, ces derniers crient au scandale.

Présenté mercredi 14 septembre par les sénateurs, le rapport sur la sécurité de la chasse comporte une proposition qui fait bondir les chasseurs.

Le document suggère en effet d’imposer à la chasse les règles en vigueur de la sécurité routière en matière de consommation d’alcool et de stupéfiants.

Rappelant que « chasser en état d’ébriété n’est pas formellement interdit », le rapport préconise davantage de rigueur sur la question.

Des contrôles d’alcoolémie menés par des gardes forestiers, sur le modèle de ceux effectués sur les automobilistes, pourraient donc voir le jour à l’avenir.

Crédit photo : Istock

Les sénateurs veulent interdire l’alcool aux chasseurs

Rappelant que 9 % des accidents de chasse sont liés à l’alcool, les parlementaires proposent ainsi « d’interdire l’alcool et l’usage de stupéfiants lors de la chasse ».

Une éventualité qui n’est bien sûr pas du goût des chasseurs, à commencer par le premier représentant de ces derniers, Willy Schraen.

« De quel droit réserver ça aux chasseurs, un mec bourré sur un vélo, c’est dangereux aussi », a déclaré le grand patron de la Fédération des chasseurs, interrogé par l’AFP.

Même son de cloche chez Alain Messal, chasseur en Haute-Garonne. « Trop c’est trop (…) On nous fait passer pour des assassins, on est dans la caricature, sur des choses qui sont infondées. Aujourd’hui, le chasseur, ce n’est pas un alcoolique, ce n’est pas vrai ! La chasse, ce n’est plus du tout cela », peste l’intéressé au micro de RMC.

Crédit photo : Istock

Pour rappel, la mission sénatoriale sur la chasse avait été constituée en novembre dernier, suite à une pétition lancée dans la foulée de la mort d’un jeune homme de 25 ans abattu par un chasseur dans le Lot.

Source : RMC
Bouton whatsapp
Recevez le meilleur de l'actu de Demotivateur par mail !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter