La Norvège va financer le Gabon dans ses actions pour la lutte contre la déforestation

868partages

Les actualités du moment sur l’écologie et la préservation des forêts ne sont pas au beau fixe. L’Amazonie, le « poumon de la planète » part à petit feu, et malgré une médiatisation un peu tardive et des soutiens du monde entier, les dirigeants brésiliens - en particulier le Président Jair Bolsonaro - n’ont pas l’air de prêter fortement attention aux risques que cela implique.

La forêt gabonaise. Crédit : Bodgan Skaskiv, Shutterstock

Afin de ne pas commettre les mêmes erreurs qu’en Amazonie et de limiter au maximum les risques liés à la déforestation, le Gabon a pris de grandes mesures. Premier pays d’Afrique à interdire la déforestation, le Gabon sera financé par des fonds internationaux pour « continuer à lutter contre le changement climatique en préservant ses ressources naturelles », rapporte la Cafi -l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale- organisme lancé par l’ONU.

Financé à près de 136 millions d’euros par la Norvège, le Gabon devient le premier pays africain dont les efforts vont être « valorisés dans un contrat de dix ans pour la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre due à la déforestation et à la dégradation […] », annonce dans son communiqué la Cafi.

Recouvert à près de 90% de son territoire par la forêt tropicale d’Afrique centrale au milieu de laquelle se trouve le Gabon, ce dernier compte bien voir ses émissions de gaz à effet de serre diminuer d’au moins « 50% d’ici 2025 », dans les mesures rapportées par l’organisme.

Qualifié d’« historique », cet accord vise à renforcer la préservation et la conservation de ce qui est considéré comme « le deuxième poumon de la terre » et qui abrite près de 60% d’éléphants de forêt. Une énorme avancée en la matière qui pourrait donner des idées à d’autres pays d’Afrique. Quelque temps plus tôt, le défrichage d’arbres dits précieux du Gabon, appelés le kevazingo attirait toutes les convoitises de sociétés étrangères et notamment chinoises, prêtes à abattre en masse des tonnes d’hectares de forêt.

Depuis, le Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba a renforcé encore plus les mesures de précaution pour prévenir de la déforestation, en nommant à la tête du ministère des Forêts, Lee White, un scientifique Britannique réputé pour être très stricte en matière d’environnement.

Source : Geo
Plus d'articles
Dernières news