Le Mans : deux mères occupent une grue pour dénoncer la déscolarisation de leurs enfants handicapés

Par
864
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce jeudi 13 septembre au petit matin, vers 4h, deux femmes se sont introduites dans un chantier afin de monter sur une grue afin d’attirer la lumière sur la déscolarisation de leurs enfants handicapés.

Une action coup de poing, comme si elles n’avaient rien à perdre mais surtout pour obtenir quelque chose pour leurs enfants handicapés. Sur le chantier de l’ancien couvent de la Visitation, au Mans, ces deux mères sont montées sur une grue, à 45 mètres de hauteur, en déployant des banderoles pour faire passer leur message.

Elles demandent une place à l’école pour leurs enfants handicapés alors que la rentrée scolaire s’est déroulée il y a une dizaine de jours. Selon Ouest France, l’une d’elles aurait menacé les pompiers du Grimp (Groupement de reconnaissance et d’intervention en milieux périlleux), présents sur les lieux, de sauter s’ils continuait à tenter de les déloger de leur mirador de fortune.

Ouest France

Sur leurs banderoles, les deux femmes s’adressent directement à Emmanuel Macron, afin de sensibiliser le gouvernement sur la situation de leurs enfants handicapés. La semaine dernière, on apprenait en effet que, lors de la rentrée des classes, ce sont près de 750 enfants handicapés qui s’étaient retrouvés sans auxiliaire de vie scolaire pour les accompagner.

Jointe au téléphone par Ouest-France, Sylvie, l’une des deux mamans, semble être déterminée à faire passer son message : « Mon fils est autiste. Je ne descendrai pas de la grue avant d’avoir des assurances sur sa situation. Je demande à ce qu’il rejoigne la maison d’accueil Éclaircie à l’Institut médico-éducatif Vaurouzé, au Mans. Il est inscrit sur liste d’attente ».

De son côté, l’autre maman aimerait obtenir une place en foyer pour son fils handicapé et demande à être reçue par le préfet de la Sarthe, Nicolas Quillet, ou par le maire du Mans, Stéphane Le Foll, fustigeant le gouvernement : « Les personnes handicapées sont les bannis de la République ».

Cette histoire fait écho à celle du papa qui avait également entrepris de monter sur une grue afin d’obtenir une place à l’école pour sa fille handicapée à Wattignies, dans le Nord.

Source : Ouest France
Commentaires