Jonathan, un migrant congolais, a eu la mention très bien au bac et a été accepté à ses 25 voeux Parcoursup

25Kpartages
Bouton whatsapp

Jonathan Kikanga, un migrant congolais arrivé en France il y a trois ans, a décroché la mention très bien au bac et a été accepté à tous ses voeux sur Parcoursup.

Jonathan Kikanga est un jeune homme de 18 ans qui vit aujourd’hui à Brest, mais qui vient du Congo. Suite au décès de sa mère dans son pays, il a recherché son père en Angola pendant plusieurs années avant de venir en France en 2019.

Crédit photo : Rémy Quéméner / Le Télégramme 

Sans maîtriser le français, Jonathan a dû apprendre à vivre seul et n’a pas été scolarisé de la 6ème à la 3ème.

Il décroche la mention très bien au bac

Malgré toutes ces embûches, Jonathan n’a pas perdu espoir et a redoublé d’efforts pour atteindre ses objectifs. Tout ce travail a payé puisqu’il a réussi à décrocher la mention très bien au baccalauréat en ayant d'excellents résultats : 17/20 en philosophie et 20/20 au grand oral. Il est actuellement diplômé d’un bac en science et technique de l’ingénieur et développement durable (STI2D), avec plus de 16/20 de moyenne générale.

Crédit photo : Ouest France

En plus de cette grande réussite, Jonathan a été accepté à tous les vœux qu’il a émis sur Parcoursup, au nombre de 25. Bien qu’il ait réussi, l’adolescent était très stressé à l’annonce des résultats du bac.

« Au départ, je ne voulais pas aller au lycée pour voir mes notes. J’ai attendu d’être vraiment sûr de décrocher une mention », a-t-il confié.

L’adolescent devra obtenir des papiers français

Cette année, le jeune migrant fait partie des 86% de lycéens qui ont obtenu leur bac. Pour la suite, Jonathan a choisi de poursuivre ses études à l'Insa (Institut national des sciences appliquées), son premier vœu. En août prochain, il se rendra à Lyon pour continuer son travail. Cependant, Jonathan ne recevra aucune aide du Crous car il devra obtenir des papiers français, qu’il n’a pas pu avoir plus de trois ans après son arrivée en France en tant que mineur isolé.

« Quand j’ai une baisse de moral, je me dis que je vais devoir quitter la France. Cela me pousse à bosser deux fois plus. Je n’ai pas le choix », a-t-il affirmé.

À cause de sa situation, Jonathan devra obtenir des papiers français pour espérer recevoir des aides financières.

Source : Ouest France
Bouton whatsapp