Le périple d'un baleineau égaré, qui remonte la Méditerranée et se dirige vers les côtes de l'Hérault, préoccupe les scientifiques

Mais d’où vient « Wally » et que fait-il en mer Méditerranée ? Ce baleineau égaré a été aperçu à plusieurs reprises ces derniers temps le long du littoral méditerranéen et son périple inhabituel, loin de son habitat naturel, préoccupe bon nombre de scientifiques et alimente les discussions sur les réseaux sociaux.

Observé pour la dernière fois le 30 avril dernier devant le port de Bormes-les-Mimosas (Var), ce baleineau de 7 mètres de long se dirigerait désormais vers les côtes du Gard et de l’Hérault.

Il pourrait très prochainement atteindre la baie d’Aigues-Mortes puis les environs de Sète.

Du Maroc à Sète, en passant par Naples et Antibes, une baleine remonte la Méditerranée, un spectacle rarissime et inquiétant

Sa présence dans les eaux méditerranéennes interroge, alors que la baleine grise est une espèce qui vit le plus souvent dans l’océan Pacifique.

Cela faisait 10 ans en effet qu’un tel spécimen n’avait pas été aperçu en Méditerranée et il s’agissait déjà, à l’époque, d’un baleineau égaré.

« Cet individu a été d’abord observé au large de Barcelone puis le long des côtes italiennes sans avoir pu faire l’objet d’un prélèvement par des experts habilités pour connaître son origine exacte », a ainsi précisé Éric Hansen, membre de l’Office français de la Biodiversité (OFB), interrogé par France 3 PACA.

Une chose est sûre, celui que les internautes ont affectueusement surnommé « Wally » évolue très loin de son environnement et on ignore encore comment il a pu se retrouver ici.

Avant d’être aperçu le long des littoraux italien et azuréen, le baleineau avait été vu au large des côtes marocaines au mois de mars. Il aurait ensuite, selon toute vraisemblance, suivi la rive sud de la Méditerranée en direction de l’est avant de remonter vers la Sicile puis l’Italie.

Le 18 avril, il se trouvait ainsi à Bacoli, près de Naples, où des touristes stupéfaits ont immortalisé son passage.

Il est de nouveau aperçu quelques jours plus tard à Savone puis Varazze et, enfin, Bordighera, près de la frontière franco-italienne.

Sa trace réapparaît le 29 avril vers 9h40 lorsqu’il est observé près de la plage du Fort Carré à Antibes (Alpes-Maritimes). Wally évolue alors dans moins de 2 mètres d’eau, ce qui est très inhabituel.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @thib_eau_fishing06

Le même jour, en soirée, la jeune baleine est aperçue cette fois à Mandelieu puis à Bormes-les-Mimosas, où l’on a donc pu l’observer pour la dernière fois.

« Vu sa taille, c’est une jeune baleine d’environ 15 mois. Elle avait l’air désorientée dans le port de Bormes, mais pas blessée. En revanche, elle est amaigrie. C’est un cétacé qui se nourrit de petits invertébrés trouvés dans le fond et qu’il ne trouve pas en Méditerranée », a expliqué Adrien Gannier, vétérinaire et membre du Groupe de recherche sur les cétacés.

Désormais, Wally doit essayer de rallier le détroit de Gibraltar pour rejoindre l’Océan Atlantique puis retourner chez lui dans le Pacifique.

Un périple qui ne sera pas sans embûches !