Emmanuel Macron compte « réguler » la population de loups

Par
6 287
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Samedi 23 février, lors de son passage au Salon de l’Agriculture à Paris, le président de la République, Emmanuel Macron, a déclaré qu’il envisageait de « réguler » la population de loups.

En marge de sa visite au Salon de l’Agriculture à Paris, Emmanuel Macron a assuré aux éleveurs que l’exécutif allait « réguler » la population française de loups. « Le loup, on va le réguler. On va le faire de manière pragmatique, sur le terrain. Les ministères ont trouvé un accord. On va le réguler avec les préfets », a déclaré le chef de l'Etat à des éleveurs de vache Gasconne.

Les autorités françaises ont relevé fin 2018 le quota d'autorisations d'abattage de loups, de 43 à 51 bêtes pour l'année. Crédits photo : Shutterstock / Bildagentur Zoonar GmbH

L'expansion du loup sur le territoire français provoque depuis plusieurs années la colère des éleveurs. « Comment vous dites pudiquement vous, du prélèvement c'est ça ? Vous effarouchez les ours et vous prélevez les loups », a ensuite plaisanté le chef de l’Etat, provoquant le rire des éleveurs.

L'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), rapportait en juin que « tous les indicateurs dont dispose le réseau Loup/Lynx (...) indiquent que l'espèce est en phase d'expansion rapide sur l'ensemble du territoire national ». L'ONCFS estimait la population de loups à 430 bêtes, au sortir de l’hiver dernier, soit des effectifs ayant presque doublé en cinq ans.

Mélanie Brunet, éleveuse de brebis dans l'Aveyron et co-présidente de la Fédération nationale de défense du pastoralisme, jugeait pour sa part cette population « clairement sous-estimée ».

Des abattages de loups pour protéger les troupeaux sont autorisés par la loi à titre dérogatoire, dans des limites fixées par arrêté. Il ne faut pas prélever plus de 10 à 12 % de l'effectif sous peine de menacer l'espèce. Les autorités françaises ont relevé fin 2018 le quota de tirs de prélèvement, c'est-à-dire d'autorisations d'abattage de loups, de 43 à 51 bêtes pour l'année.

Cette espèce protégée, considérée comme éradiquée en France à partir de la fin des années 1930, a été à nouveau observée pour la première fois en 1992, dans le parc national du Mercantour. Plus récemment, des loups ont été aperçus en Bretagne, du côté du lac de Guerlédan.

Refusant d'être « la poubelle du monde », l'Indonésie renvoie vers la France des déchets importés illégalement
Source : AFP
Emmanuel macron Loups
Commentaires