Le skieur Gus Kenworthy donne à 90 chiens une seconde chance, en convaincant un agriculteur coréen de vendre sa ferme de chiens

Par
10 197
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Après avoir suscité un vif enthousiasme en assumant fièrement son homosexualité lors des Jeux Olympiques d'hiver à Pyeongchang, le skieur Gus Kenworthy a montré son amour pour les chiens en voulant en sauver une centaine d'une ferme qui les élevait pour en faire un produit de consommation.

Twitter / Gus Kenworthy

Gus Kenworthy avait déjà fait parlé de lui lorsqu'il avait embrassé spontanément, son compagnon à la fin de l'épreuve de slopestyle des JO de Pyeongchang , il y a une semaine. Les téléspectateurs s'étaient alors amourachés pour l'athlète. Et alors, qu'il n'est pas parvenu à remporter le trophée, il ne partira cependant pas les mains vides de la Corée du Sud. En effet, le skieur et son compagnon, l'acteur Matthew Wilkas, se sont rendus dans une ferme, une parmi 17 000 en Corée du Sud, où sont élevés des chiens qui sont destinés à devenir de la viande. Ils y ont adopté un petit chien, qu'ils ont appelé Beemo.

Choqué, le skieur a dénoncé sur Instagram, les conditions déplorables dans lesquelles sont élevés ces chiens : « Ce matin, Matt et moi avons eu le cœur brisé en visitant l’une des 17 000 fermes à chien de Corée du Sud. À travers le pays, 2,5 millions de chiens sont élevés pour être consommés dans les conditions les plus perturbantes que vous puissiez imaginer » et d'expliquer que « les chiens sont entassés dans des petits enclos et exposés aux conditions hivernales glaciales et aux étés torrides ». 

New Olympics. Same me.

Une publication partagée par gus kenworthy (@guskenworthy) le

Il a néanmoins tenu à souligner qu'il n'était pas là pour changer la culture coréenne, mais qu'il est important d'élever des chiens dans des conditions normales et saines, le contraire de ce qu'il a pu voir dans cette femme : « Ce n'est pas mon rôle d'imposer des idéaux occidentaux aux gens ici. Mais, la manière dont les animaux sont traités est totalement inhumaine. »

Et, en plus d'adopter un chien, le couple, accompagné de l'association Humane Society International (HSI), a, selon l'Associated Press, réussi à convaincre le propriétaire de la ferme où sont élevés les chiens, de vendre la ferme : « L'agriculteur a dit à la HSI qu'il n'avait jamais eu l'intention de vendre des chiens pour l'abattage mais que cela s'est, par la suite, imposé à lui lorsque sa collection de chiens Jindo a continué à se reproduire ».

Aujourd'hui, grâce à l'athlète et la HSI, après que l'agriculteur a accepté de vendre sa ferme, 90 chiens vont être envoyés au Canada et aux États-Unis où ils seront placés dans des endroits sécurisés et où des amoureux des animaux pourront les adopter et leur faire vivre une vie, on l'espère, paisible.

Source : Daily Mail
Commentaires