Les femelles grenouilles sont capables de filtrer les sons des mâles indésirables

Les grenouilles femelles sont dotées d’un système pulmonaire qui leur permet de filtrer les sons des mâles considérés comme indésirables ou trop bruyants, d’après une nouvelle étude.

Les grenouilles femelles peuvent filtrer les sons des mâles. Crédit : Opayaza12/ Shutterstock.

Dans un article passionnant publié sur le site The Atlantic, la journaliste Katherine Wu s’est penchée sur une particularité méconnue des grenouilles femelles.

Dans les étangs, les grenouilles vivent en nombre. Elles sont parfois jusqu’à 12 espèces différentes dans un étang. Les amphibiens, (grenouilles et crapauds confondus) compteraient entre 8000 et 10 000 espèces différentes. De quoi créer de véritables colonies dans les étangs.

Ainsi, toutes ces grenouilles réunies produisent un brouhaha assourdissant qui peut atteindre les 100 décibels. Pour information, il est vivement conseillé de ne pas exposer l’oreille humaine durant plus d’un quart d’heure par jour à cette puissance. C’est pour cela que les chercheurs qui étudient ce milieu portent constamment des protections.

Un système pulmonaire qui réduit les sons des mâles indésirables

Vous l’aurez compris, ce brouhaha incessant représente aussi une gêne pour les grenouilles femelles. Parmi tous ces bruits qui s’entremêlent, les grenouilles femelles ont du mal à reconnaître celui des mâles de leur espèce.

Se pose alors un souci de reproduction. Si les grenouilles femelles ne sont pas dans la capacité de reconnaître le bruit d'une grenouille mâle de son espèce, il leur est impossible de se reproduire. Cependant, la nature est bien faite. Nous apprenons dans cet article que les grenouilles femelles sont dotées de poumons qui leur servent de protection anti-bruit. Ce système spécial permet de filtrer et de capter plus facilement les sons des mâles d’une même espèce.

Par ailleurs, ce système intelligent permet de réduire les sons et autres bruits de 10 décibels. Ce qui signifie que l’intensité d’un bruit est divisée par dix, contre 30 à 40 pour les casques humains. Un soulagement important pour les amphibiens.

Un système « incroyablement intelligent »

Malgré tout, ce système étonnant n’est pas conscient chez les grenouilles femelles. Comme l’explique Amritha Mallikarjun, spécialiste en sciences cognitives de l’université de Pennsylvanie, ce système est « incroyablement intelligent ». « Elles prennent des sons qui ne sont pas intéressants et essaient de les réduire », complète Mallikarjun.

Jakob Christensen-Dalsgaard, biologiste à l’université du Sud du Danemark, et auteur de la nouvelle étude ajoute que « les vibrations pulmonaires servent en quelque sorte de GPS rudimentaire, qui aident les grenouilles à déterminer la direction d’où proviennent les sons et ainsi, à localiser les partenaires potentiels ».

Les grenouilles trouvent des partenaires dans un endroit bruyant mais les femelles sont capables de ‘trier’ et de ne pas prêter attention aux sons de mâles indésirables.

Source : The Atlantic