Le gouvernement interdit les terrasses chauffées

6 046partages

Focus sur les premières mesures décidées lors du Conseil de défense écologique. Détails.

C’est ce lundi que le Conseil de défense écologique se réunissait à l’Élysée pour évoquer « les premières mesures issues de la Convention citoyenne pour le climat ».

Parmi les mesures concrètes abordées, citons la lutte contre les passoires thermiques et la création de deux parcs naturels régionaux, comme l’a annoncé Barbara Pompili, la nouvelle ministre de la Transition écologique, dans un entretien accordé au journal Le Monde.

Crédit photo : Jo Bouroch

Mettre fin aux « passoires thermiques »

Concernant la rénovation thermique des bâtiments, le gouvernement a ainsi décidé d’introduire, par décret, la performance énergétique dans les critères de « décence » d’un logement, à compter du 1er janvier 2023.

« Cela permettra aux personnes qui vivent dans ces passoires thermiques - logements qui consomment plus de 500 kW/h au m2 par an - d’exiger du propriétaire qu’il fasse des travaux, au risque que le juge interdise à ce dernier de percevoir un loyer, voire interdise la location d’un tel logement », explique Barbara Pompili.

Pour l’heure, le projet est soumis à une consultation publique.

Suppression des terrasses chauffées et lutte contre l’artificialisation des sols

Il sera par ailleurs interdit d’installer des chaudières au fuel et au charbon dans les logements neufs et « nous obligerons aussi, à partir de janvier 2022, à remplacer les chaudières au fuel et au charbon qui sont en panne par une chaudière plus vertueuse », précise l’ancienne députée EELV.

« Nous allons interdire le chauffage extérieur sur l’espace public, les terrasses » et obliger à « fermer les portes pour tous les bâtiments chauffés ou climatisés ouverts au public », poursuit-elle, précisant néanmoins que ces mesures n’entreront pas en vigueur avant le printemps 2021, en raison de la pandémie de Covid-19.

Interrogée sur la lutte contre l’artificialisation des sols, Barbara Pompili affirme vouloir « ralentir ce phénomène » - en grande partie responsable de la perte de biodiversité - qui amplifie notamment la dépendance à la voiture individuelle.

Le gouvernement envisage donc de « diviser par deux le rythme de bétonisation dans la décennie ». Un fonds de plusieurs centaines de millions d’euros sera ainsi créé dans le but de réhabiliter des friches pour en faire des « terrains clé en main ».

Enfin, l’État s’engage à avoir 30 % de sa surface terrestre protégées. C’est la raison pour laquelle « deux parcs naturels et régionaux, au mont Ventoux et dans la baie de Somme-Picardie maritime » seront créés, en même temps qu’une « réserve naturelle nationale, la forêt de la Robertsau, en Alsace ».

Quant aux nouvelles zones commerciales périphériques, qui empiètent sur les terres agricoles, les membres de la Convention citoyenne ont réclamé un moratoire sur le sujet.

Source : AFP
Plus d'articles
À lire aussi