Les zadistes actuellement évacués par la gendarmerie à Notre-Dame-des-Landes, un officier blessé à l'oeil

Par
1 351
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Depuis le début des années 1970, le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, dans le Loire-Atlantique, est dans les tuyaux, opposant plus sérieusement depuis quelques années les zadistes, ceux occupant cette ZAD (Zone à Défendre), et les personnes davantage favorables à la création de cet aéroport. En janvier 2018, le Premier Ministre Édouard Philippe annonçait l’abandon définitif du projet.

Aujourd’hui, lundi 9 avril 2018, les zadistes, qui seraient une centaine sur le site, sont évacués par les forces de l’ordre au cours d’une opération rassemblant 2500 officiers, et qui a déjà causé un blessé parmi eux.


L’opération a commencé ce matin, à six heures du matin, comme l’a affirmé dans un communiqué le Ministère de l’Intérieur, évoquant une « une opération d'expulsion des occupants illégaux des terrains de la zone de Notre-Dame-des-Landes ».

Affirmant à Europe 1 qu’il espère de tout cœur que l’opération se déroule « le mieux possible », Gérard Collomb, le Ministre de l’Intérieur, a en outre mentionné des « consignes de retenue » données aux opérants, dont 200 des 2500 impliqués portent sur eux une caméra, filmant chaque seconde des évènements.

Les 2500 représentants de l’ordre doivent ainsi évacuer une centaine de personnes. M. Collomb espère « que dans les quelques semaines, l'ordre sera revenu à Notre-Dame-des-Landes ». M. Collomb a affirmé que la gendarmerie ne procédait à aucune arrestation, qu’elle se contentait de détruire la quarantaine d’édifices dans lesquels vivraient approximativement cent personnes.


L’opération ne semble cependant pas se dérouler si bien qu’escompté, puisque France Info a rapporté ce matin qu’un gendarme avait été blessé à l’œil par une fusée artisanale, qui aurait provoqué un décollement de la rétine, impliquant une hospitalisation immédiate au CHU de Nantes.

Les zadistes répliqueraient en outre à l'intervention avec des lancers de cailloux et de cocktails Molotov, lancés directement sur les représentants de la loi, que Gérard Collomb affirme vouloir voir être rétablie dans la zone. Les gendarmes se servent de leur côté de grenades lacrymogènes et de grenades assourdissantes pour repousser les zadistes.


L’opération pourrait s’étaler sur plusieurs jours, tandis que les zadistes maintiennent qu’il est inacceptable qu’ils soient chassés de chez eux et de la sorte alors que selon eux, les discussions avec la préfecture étaient jusqu’à présent calmes.

Cet éleveur propose 3 000 poules à l'adoption pour leur éviter l'abattoir
Aéroport Opération Gendarmerie
Commentaires