Contestation au Liban : des manifestants forment une incroyable chaîne humaine de... 170km de long

565partages

Une incroyable chaîne humaine, traversant le Liban, a été formée ce dimanche par des dizaines de milliers de manifestants qui réclament le départ de l’ensemble de la classe politique locale.

Théâtre d’un soulèvement populaire sans précédent depuis près de deux semaines, le Liban n’a pourtant jamais semblé aussi uni dans la contestation, tant les manifestants font bloc.

Au onzième jour de la mobilisation, ces derniers ont une nouvelle fois fait montre de leur détermination par une action symbolique impressionnante qui fera date.

Pas moins de 100 000 manifestants, selon les estimations, ont ainsi formé une gigantesque chaîne humaine, traversant le pays du nord au sud sur 170 kilomètres, afin de réaffirmer leur unité.

« L’idée est de montrer que nous sommes et resterons unis »

À pied ou en voiture et parfois même à vélo, ces dizaines de milliers de Libanais avaient en effet répondu favorablement à l’appel en se mêlant à cette chaîne, qui s’est progressivement étendue le long de l’axe autoroutier qui borde la mer Méditerranée.

Main dans la main et munis de drapeaux libanais, certains ont entonné l’hymne national avec ferveur, notamment sur la célèbre corniche de Beyrouth.

Des milliers d’autres manifestants s’étaient rassemblés dans le même temps sur la place des martyrs - devenu le quartier général de la contestation – pour de nouveau réclamer la chute du régime en place.

Instigatrice de l’événement, Julie Tegho Bou Nassif s’est félicitée de la réussite de cet « exploit » inédit qui s’est déroulé sans le moindre incident.

« La chaîne humaine est un succès. », a ainsi déclaré cette professeure d’histoire, âgée de 31 ans.

« L’idée est de montrer que, du nord au sud, de Tripoli à Tyr, nous sommes et resterons unis. Nous ne sommes qu’un peuple et nous nous aimons », a pour sa part commenté l’une des coorganisatrices.

Depuis le 17 octobre, cette révolte - née de l’annonce d’une taxe très impopulaire et abandonnée depuis - ne faiblit pas et a plongé le pays dans un climat de colère. Pas épargné par les pénuries, l’austérité et les défaillances des services publics, le peuple réclame la tête de la classe dirigeante, jugée incompétente et corrompue.

Source : AFP
Dernières news