Mexique : 48 heures après le séisme, le premier bilan fait état d'au moins 232 morts

Par
808
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Décidément, en ce mois de septembre, les catastrophes naturelles s’enchaînent à une vitesse folle. Après la valse des cyclones entre les Antilles et la Floride et le tremblement de terre de magnitude 8,2, qui a touché le sud du Mexique vendredi 7 septembre (233 morts et plus de 200 blessés), c’est le centre du Mexique qui a été frappé mardi dernier par un puissant séisme. Et les premiers bilans font froid dans le dos…

Crédit photo : RONALDO SCHEMIDT

En effet, les secousses, d’une magnitude de 7,1 sur l’échelle de Richter, ont ravagé une bonne partie du centre du pays, dont la capitale Mexico. Résultat, déjà au moins 232 morts, et les chiffres devraient largement s’agrandir dans les prochaines heures. Luis Felipe Puente, le directeur de la protection civile, a détaillé ce bilan à la télévision locale : « nous avons 102 personnes [décédées] à Mexico, 69 [dans l’État de] Morelos, 43 à Puebla, 13 dans l’État de Mexico, cinq dans le Guerrero, une à Oaxaca. »

Comme très souvent dans une situation post-séisme, la difficulté est de retrouver des personnes qui seraient bloquées sous les gravats, mais bien vivantes. Pour cette raison, les secours sont directement pressés par le temps. Le tremblement de terre de mardi dernier a détruit de nombreux bâtiments, et notamment l’école primaire et secondaire Enrique Rebsamen, un établissement situé à l’extrême sud de la capitale.

Pour l’heure, au moins 21 élèves âgés de 7 à 13 ans, ainsi que cinq adultes, y ont péri. Évidemment, les recherches continuent, car si onze enfants et une maîtresse ont été extraits vivants des décombres, une trentaine d’enfants restent portés disparus. « Le sauvetage pourrait encore demander plusieurs heures. Couper les tiges sans blesser les enfants est un travail très délicat. Mais le temps presse, car les appareils montrent que les battements de leurs cœurs sont déjà faibles » a confié un secouriste.

Crédit photo : Kevin CHRISMAN

Malheureusement, le peuple mexicain a dû, au fil des décennies, s’habituer à vivre avec les caprices de Mère Nature. Localisé à la jonction de cinq plaques tectoniques majeures, le pays est l’une des zones du monde où l’activité sismique est la plus importante. Pour rappel, l’impressionnant séisme de mardi est survenu 32 ans jour pour jour après le grand tremblement de terre de 1985, qui avait fait plus de 10 000 morts et reste, aujourd’hui encore, un traumatisme national au Mexique. Une date maudite donc.

Dans le sud de Mexico, où se concentrent la majorité des dégâts, les rues se remplissent de dizaines de personnes qui attendent avec impatience et angoisse des nouvelles de leurs proches jusque-là introuvables. Plus de 48 heures après le drame, les chances de mettre la main sur des survivants s’amenuisent. Au total, les autorités ont dénombré une quarantaine d’immeubles et de constructions qui se seraient effondrés, et environ 600 bâtiments supplémentaires doivent encore être inspectés pour s’assurer de leur solidité. La Roma et la Condesa, deux quartiers réputés pour leur vie nocturne animée, ont particulièrement été touchés.

Pour venir en aide à l’état mexicain et organiser au mieux les missions de sauvetage, plusieurs pays ont d’ores et déjà annoncé l’envoi de renforts. C’est par exemple le cas d’Israël, du Chili ou encore du Salvador, et il y a fort à parier que d’autres nations rallient cette cause sous peu. Il faut en tout cas l’espérer.

Crédit photo : YURI CORTEZ

Crédit photo : MARIO VAZQUEZ

Source : 20 Minutes
Séisme Mexique Tremblement de terre Mort Aide Sauvetage
Commentaires