Ouganda : le braconnier qui a tué le gorille Rafiki écope de 11 ans de prison

58Kpartages

Début juin, nous vous annoncions avec tristesse la mort de Rafiki, un gorille mâle emblématique du parc national de Bwindi, en Ouganda. Ce dernier, à la tête d’un groupe de 17 individus, avait été retrouvé mort dans la zone naturelle protégée. Aujourd’hui, le braconnier qui l’a assassiné vient d’écoper de 11 ans de prison.

Crédit : Uganda Wildlife Authority

Publicité

Selon un rapport de l’ONG Ouganda Wildlife Authority (UWA), il a été tué par un objet tranchant qui a atteint ses organes internes. Pour rappel, le gorille de montagne, espèce à laquelle appartenait Rafiki est en danger critique d’extinction puisque selon plusieurs comptages récents, il n’en reste qu’un millier à l’état sauvage en Ouganda, au Rwanda et en République démocratique du Congo. Cela explique en partie pourquoi le monde avait tant été choqué par la disparition du mâle charismatique alors âgé de 25 ans.

Dès le 12 juin, les autorités avaient annoncé l’arrestation de quatre hommes, dont Félix Byamukama, qui a avoué aux policiers en charge de l’enquête avoir mortellement blessé Rafiki. Il s’agit d’un habitant d’un village bordant le parc national de Bwindi, situé à l’extrême sud-ouest du pays. Il a donc plaidé coupable mais a tout de même invoqué la notion de légitime défense. Selon lui, plusieurs gorilles dont l’imposant mâle l’auraient chargé alors qu’il chassait dans l’enceinte du parc. Un élément qui n’a semble-t-il pas été retenu par le juge lors du choix du verdict.

De nombreuses charges pesaient contre le braconnier

Il faut dire que d’autres charges pesaient sur Félix Byamukama. Il lui est notamment reproché d’avoir pénétré illégalement dans le parc national et d’avoir tué une antilope ainsi qu’un cochon de brousse. Ces deux victimes supplémentaires ont évidemment aggravé le cas du braconnier. Finalement, le tueur de Rafiki a donc été condamné à 11 ans de prison ferme et ne pourra pas sortir avant 2031. Cette peine devrait lui laisser le temps de réfléchir à son acte odieux et de prendre conscience de sa gravité.

Crédit : Ian Redmond

Sam Mwandha, directeur de l’UWA, a partagé son soulagement de voir cette affaire trouver une telle issue car souvent les braconniers ne sont jamais retrouvés et les animaux meurent sans que leurs ravisseurs ne soient sanctionnés. « Ce verdict devrait servir d’exemple » a-t-il affirmé dans un communiqué. Concernant les trois autres hommes arrêtés en compagnie de Félix Byamukama, malgré le fait qu’ils aient nié leur implication, ils ont tout de même été incarcérés et devraient être jugés prochainement.

Source : BestMagyou
Plus d'articles