En France et au Royaume-Uni, alerte sur une maladie infantile peut-être liée au coronavirus

12Kpartages

Une maladie particulièrement grave s’attaque aux enfants avec des syndromes sévères, a alerté hôpital Necker de Paris après la recrudescence des hospitalisations. Des cas similaires ont déjà été recensés au Royaume-Uni il y a quelques jours.

Les enfants sont-ils frappés par une autre forme du coronavirus ? Difficile d'en être certain pour le moment. Rien est encore déterminé quant à la cause de cette maladie enfantine et son type. Au Royaume-Uni, où la première alerte concernant cette maladie touchant sévèrement les enfants a été donnée, les autorités en charge de la santé étudient s’il existe un lien avec le coronavirus.

D’après les premiers cas diagnostiqués chez les enfants, cette maladie ressemble à la maladie de Kawasaki, un syndrome vasculaire qui touche les jeunes enfants et dont la cause reste toujours indéterminée.

Crédit image : Shutterstock/TravnikovStudio

En France, l’hôpital Necker de Paris, qui a alerté sur ce phénomène, estime à 20 cas d’hospitalisation dans la région parisienne. Pour l’heure, seul un rapprochement au coronavirus a été fait concernant cette maladie sur la radio LBC par Matt Hancock, secrétaire d'État britannique à la Santé : « C’est une nouvelle maladie qui, selon nous, peut être causée par le coronavirus ». 

« Nous ne sommes pas sûrs à 100 % parce que certaines des personnes qui l’ont contractée n’ont pas été testées positives (au coronavirus). Nous faisons donc actuellement beaucoup de recherches. Mais c’est quelque chose qui nous préoccupe », a-t-il ajouté.

Au Royaume-Uni, certains des enfants hospitalisés ont été testés positif au Covid-19. Ce qui a sans doute fait dire au chef des services sanitaires, Chris Whitty, lors de la conférence de presse quotidienne lundi dernier qu’il s'agissait « d’une maladie très rare », ajoutant « qu’il est tout à fait plausible que cela soit dû à ce virus, du moins dans certains cas ».

En effet, l’alerte relayée lundi dernier par la société britannique de soins intensifs pédiatriques (PICS) avait fait état d’une recrudescence des nombres de cas chez les enfants. Le rapprochement entre la maladie de Kawasaki et du syndrome du choc toxique a été fait. Parmi les symptômes développés par les enfants hospitalisés, on note des douleurs abdominales, des troubles gastro-intestinaux, une inflammation cardiaque, une fièvre élevée, une pression artérielle basse, une éruption cutanée et des difficultés respiratoires.

Le professeur Russell Viner, président du Royal College of Paediatrics and Child Health (RCPCH), tente de rassurer : « Nous savons qu’un très petit nombre d’enfants peut devenir gravement malade du Covid-19, mais c’est très rare », a-t-il déclaré dans un communiqué, soulignant que « les enfants semblent faire partie de la population la moins touchée par cette infection. »

Pour le cas de la France, c’est une vingtaine de cas qui a été recensée. L’Ile-de-France est plus touchée par cette maladie enfantine. « Ce sont des enfants qui ont entre 2 et 10 ans, qui n’ont pas d’antécédent notable, et pas de maladie chronique », précise le docteur Isabelle Kone Paut, professeure de rhumatologie pédiatrique à l’hôpital Kremlin-Bicêtre à Paris dans le quotidien La Dépêche du Midi.

Crédit : Jamie McCarthy/Getty Images/AFP

« Depuis un mois, on reçoit régulièrement des appels de réanimateurs pour des enfants qui présentent un tableau de myocardite sévère et qui ont en plus des signes de la maladie de Kawasaki, certains d’entre eux ont été testés positifs au Covid-19 », ajoute le docteur.

Le professeur Alexandre Belot, rhumatologue et pédiatre à l’hôpital Femme Mère Enfant à Lyon, appelle à la vigilance : « C’est une alerte que nous prenons très au sérieux en France, nous lançons un signal, il faut être vigilant ». « Rien ne permet d'établir aujourd'hui un lien entre la maladie de Kawasaki et le Covid-19 mais nous constatons que des enfants testés positifs au Covid-19 développent des symptômes qui correspondent à ceux de la maladie de Kawasaki comme une tension instable et une myocardite pour les formes graves » a-t-il ajouté dans le journal La Dépêche.

Au Royaume-Uni, un cas de décès est pour le moment enregistré. En France, pour prendre les devants face à ce phénomène, une prise rapide et adaptée a permis d’améliorer l’état des enfants hospitalisés selon le Pr Damien Bonnet de l’hôpital Necker.

Source : AFP
Plus d'articles
A lire aussi