Portugal : porté disparu pendant 35 heures, le petit Noah a été retrouvé en bonne santé

2 228partages

Au Portugal, un petit garçon, porté disparu durant 35 heures, a été retrouvé sain et sauf. Sa disparation avait suscité l’émoi dans le pays.

Ce mercredi 16 juin, le village portugais de Proença-a-Velha a été le théâtre d’un évènement dramatique : la disparition de Noah, un petit garçon âgé de deux ans et demi.

Fort heureusement, ce dernier a été retrouvé jeudi soir dans une région rurale du centre du Portugal, 35 heures après sa disparition.

Entre-temps, l’enfant a parcouru plusieurs kilomètres à pied, comme l’indique le commandant de la gendarmerie de Castelo Branco, Jorge Massano : « L'enfant a été retrouvé à quatre kilomètres à vol d'oiseau de chez lui, mais il a probablement parcouru une distance d'environ une dizaine de kilomètres ».

Crédit Photo : João Abrantes / Facebook

Le petit garçon était parti à la recherche de son papa

Le petit Noah avait disparu mercredi matin près de son village natal. La télévision publique RTP a déclaré que l’enfant avait tenté de rejoindre son père, parti travailler dans les champs.

De son côté, la police judiciaire a confirmé que l’hypothèse d’une « disparition spontanée » était la piste privilégiée. Ce n’est pas la première fois que le petit bonhomme part à la recherche de son papa.

Sa disparition avait suscité l’émoi dans le pays et les recherches pour le retrouver ont mobilisé 150 personnes, dont des gendarmes, des pompiers des villageois. Les parents de l’enfant ont également lancé un appel déchirant sur Facebook :

« S’il vous plaît, aidez-moi ! Notre fils Noah a disparu de notre maison à Proença-a-Velha. Il est peut-être avec notre chien, Melina. S’il vous plaît, venez nous aider à voir s’il est dans le coin ».

Crédit Photo : João Abrantes / Facebook

La découverte des vêtements et des empreintes laissés par le petit garçon ont permis aux autorités de le retrouver sain et sauf. Comme il souffrait de déshydratation, le petit fugitif a été transféré à l’hôpital.

Crédit Photo : João Abrantes / Facebook

Source : AFP