Espagne : près de 93 000 visons d'élevage, testés positifs au coronavirus, vont être abattus

9 049partages

Direction l'Espagne, où une décision lourde de conséquence risque de provoquer l'ire des défenseurs de la cause animale.

Près de 93 000 visons d’un élevage, où 87 % des animaux ont été testés positifs au Covid-19, vont être abattus par mesure de précaution, a annoncé ce jeudi la région de l’Aragon, située au nord-est de l’Espagne.

« Nous parlons de l’abattage obligatoire de la totalité des animaux faisant partie de cette exploitation », a ainsi déclaré le responsable régional de l’élevage Joaquin Olona, à l’occasion d’une conférence de presse.

Crédit photo : Nicolai Dybdal / Shutterstock

92 000 visons, positifs au coronavirus, condamnés à mort pour « éviter les risques pour la population »

Au total, pas moins de 92 700 spécimens de visons, mammifères très convoités par l’industrie textile pour la qualité de leur fourrure, vont ainsi être abattus dans cette exploitation.

Située à Puebla de Valverde, cette dernière est en « immobilisation préventive » depuis le 22 mai dernier, avec interdiction de sortir des animaux ou des produits dérivés.

Des mesures sanitaires drastiques décidées après la contamination de sept employés de l’élevage, testés positifs au Covid-19.

Ce cluster avait conduit les autorités à mener des tests PCR sur les animaux et le verdict, tombé le 13 juillet, fut sans appel : 87 % d’entre eux étaient contaminés par le nouveau coronavirus.

D’où la décision d’un abattage massif pour « éviter les risques pour la population ».

Les autorités pensent qu’un employé, infecté hors de la ferme, aurait contaminé certains de ces collègues, lesquels auraient ensuite transmis le virus aux animaux.

Mais à ce stade, il est impossible néanmoins de conclure avec certitude « s’il existe une transmission d’animaux à humains et vice versa », a précisé Joaquin Olona.

Une situation qui n’est pas sans rappeler celle survenue aux Pays-Bas il y a un mois, lorsque des dizaines de milliers de visons d’élevage, également infectés par le coronavirus, avaient été abattus par précaution.

Pour rappel, l’Espagne demeure l’un des pays européens les plus touchés par la pandémie de coronavirus avec 28 400 morts.

Plus d'articles