Pour contourner le pass sanitaire, des cinémas abaissent leur jauge à 49 spectateurs

3 623partages
Bouton whatsapp

Depuis ce mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est entré en vigueur dans de nombreux lieux de loisirs et culturels, à l’image des cinémas, ayant la capacité d’accueillir 50 personnes.

Pas forcément préparés à devoir gérer cette extension du pass sanitaire aussi rapidement, certaines salles de cinéma et de théâtre ont trouvé l’astuce pour tirer avantage de l’énoncé de la mesure.

À voir aussi

En effet, pour s’éviter de recourir au pass sanitaire, des dizaines de petites salles à travers la France ont abaissé leur jauge à 49 spectateurs. En Bretagne, dans les Pyrénées, en Isère ou dans la Meuse, la presse locale fait écho de ces initiatives.

Francois Mori/AP/SIPA

Des jauges à 49 personnes pour contourner le pass sanitaire

Ces salles de cinéma expliquent leur choix par une réalité du terrain, celle de la faible absence du public, généralement durant la période estivale : « L’été, sauf grosse sortie, il n’y a que rarement plus de 50 personnes par salle » raconte le directeur du cinéma Le Sémaphore à Nîmes, auprès de La Gazette de Nîmes.

La rapidité de la mise en place de la mesure est aussi avancée par un autre directeur de cinéma à Verdun, auprès de L’est Républicain : « On est pris au dépourvu, ces mesures sont inapplicables ».

Abaisser leur jauge à 49 personnes permet à ces salles de se mettre sous le radar de la mesure, et accueillir des personnes non-vaccinées puisque le pass sanitaire n’y serait pas applicable.

D’autres évoquent une position politique comme à Toulouse, où les gérants du théâtre du Grand-Rond jugent cette mesure « à l’encontre même des principes d’une vie démocratique ».

Cette initiative a également été prise à Avignon, avec l’accord du préfet, à l’occasion du festival « Off » qui se déroule jusqu’au 31 juillet. Les salles n’ayant pas eu le temps de se procurer des lecteurs QR codes.

Bouton whatsapp
Recevez le meilleur de l'actu de Demotivateur par mail !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter