Pourquoi éternue-t-on ?

Pourquoi éternue-t-on ? Certains d’entre vous se sont certainement déjà posé cette question sans pour autant avoir une réponse claire à y apporter. Bonne nouvelle, aujourd’hui, à travers cet article de vulgarisation, nous allons vous expliquer comment fonctionne l’éternuement et ce qui le provoque.

Crédit : Nattakorn_Maneerat / Shutterstock

À voir aussi

Que vous soyez un éternueur discret ou plutôt du genre se laisser aller, il y a une chose que nous avons en commun : tout le monde éternue. Des bébés aux personnes âgées, notre corps est programmé pour produire ces réactions involontaires lorsque nos narines détectent un irritant.

L'éternuement est un mécanisme que votre corps utilise pour dégager le nez. Lorsque des corps étrangers tels que la saleté, le pollen, la fumée, la pollution, le parfum ou la poussière pénètrent dans les narines, le nez peut être irrité ou chatouillé.

Lorsque cela se produit, votre corps fait ce qu'il doit faire pour dégager le nez : il provoque un éternuement. L'éternuement est l'une des premières défenses de votre corps contre les bactéries et les insectes envahissants.

Quand une particule pénètre dans votre nez, elle peut interagir avec les minuscules poils et la peau très sensible qui tapissent votre passage nasal. Dès lors que la muqueuse de votre nez perçoit une substance étrangère, elle envoie un signal électrique à votre cerveau.

Ce dernier lui indique que le nez a besoin de se dégager. Le cerveau donne ainsi comme ordre à votre corps que le moment est venu d'éternuer, et votre corps répond en se préparant à la contraction imminente. Dans l’immense majorité des cas, les chercheurs ont constaté lors de multiples études à ce sujet que les yeux sont forcés de se fermer.

Idem concernant la langue qui se déplace vers le palais et les muscles qui se préparent à l'éternuement. Et ce qu’il y a de particulièrement impressionnant, c’est que tout cela se produit en quelques secondes seulement.

L'éternuement, également appelé « sternutation », expulse l'eau, le mucus et l'air de votre nez avec une force et une puissance incroyable. S’il peut transporter avec lui de nombreux microbes, qui peuvent propager des maladies comme la grippe, il joue également un rôle vital dans l'organisme.

En 2012, des scientifiques de l'université de Pennsylvanie ont découvert que l'éternuement était le moyen naturel du nez de se « réinitialiser », un peu comme le ferait un ordinateur ou un smartphone. L'étude a révélé que les cils vibratiles et les cellules qui tapissent le tissu à l'intérieur du nez, étaient redémarrés lors d'un éternuement.

En d'autres termes, ce mécanisme de l’organisme humain permet de réinitialiser l'ensemble de l'environnement nasal.

Qui plus est, les chercheurs ont aussi remarqué que l'éternuement n'avait pas le même effet de « réinitialisation » chez les personnes souffrant de problèmes nasaux chroniques comme la sinusite.

Crédit : Ann in the uk / Shutterstock

« L’éternuement est l'une des réactions les plus courantes de notre corps, mais nous ne prenons pas souvent le temps de nous arrêter pour réfléchir au pourquoi et au comment de ce phénomène. Il s’agit d’une libération involontaire d'air qui aide le corps à se débarrasser des irritants dans notre nez et notre gorge, comme les allergènes, la saleté et la poussière » explique Tim Mynes, médecin urgentiste au MedExpress Urgent Care de la ville de Lynchburg, en Virginie.

Notre activité d'éternuement peut connaître une recrudescence lorsque nous souffrons d'allergies ou d'un rhume, mais Tim Mynes souligne que ce ne sont pas les seuls facteurs capables d’accentuer le phénomène. En effet, il précise que « ces autres déclencheurs peuvent aller de la saleté, des débris et même des sprays nasaux, à une exposition soudaine à une lumière vive, à un traumatisme nasal ou à la respiration d'air froid ». Il ajoute : « nous pouvons éternuer lorsque nous respirons de l'air froid parce que notre mucus nasal s'assèche et peut se fissurer, ce qui déclenche la même réponse dans les nerfs de notre nez que les irritants communs comme la poussière. »

Crédit : Maridav / Shutterstock

Comment fonctionne l’éternuement ?

Notre corps est une machine complexe dont la santé peut-être fragile. Le fait d’éternuer est une action qui se produit en moins de temps qu’il ne faut pour le dire et qui peut aisément surprendre celui ou celle à qui cela arrive.

Cependant, notre corps exécute de nombreuses étapes avant que cette réaction se réalise concrètement. D’abord, il y a l’irritation de la muqueuse nasale détectée par les cils vibratiles de ces cellules.

Pour rappel, ces cils sont des structures ressemblant à des cheveux que l'on trouve à la surface des cellules et dont la mission est de détecter les irritants. Ils envoient des signaux via les nerfs trigéminaux sensoriels au centre nerveux responsable de l'éternuement, situé dans la médullaire latérale de la moelle épinière.

Ensuite, il y a le déclenchement de deux signaux nerveux différents. L’un est envoyé par les nerfs moteurs aux muscles pharyngés, laryngés et respiratoires, ce qui provoque l'éternuement. L'autre est transmis par les nerfs parasympathiques et augmente la sécrétion nasale et lacrymale.

Juste avant d'éternuer, la pression s'accumule dans votre poitrine car vos muscles thoraciques compriment vos poumons, et vos cordes vocales se ferment. Au moment où vos cordes vocales se rouvrent brusquement, l'air est propulsé à grande vitesse dans vos voies respiratoires et par votre nez.

Vos yeux se ferment et votre diaphragme se déplace vers le haut quand les muscles de votre poitrine se contractent, libérant l'air de vos poumons. Cet air permet à des milliers de gouttelettes de sortir de votre nez et de votre bouche pour se débarrasser de l'allergène ou de l'irritant.