Rave party en Lozère : plus de 5 000 fêtards toujours « confinés » sur place

6 560partages

Depuis samedi soir, une rave party illégale organisée sur terrain agricole de Lozère est en train de semer un vent de panique.

Samedi 10 août, une rave party a rassemblé plus de 10 000 fêtards dans le parc national des Cévennes (Lozère), en dépit de la limitation des rassemblements, liée au coronavirus.

Publicité

Des milliers de personnes bloquées

Aujourd’hui, entre 5 000 et 7 000 personnes demeuraient toujours sur place, signale la préfecture de Lozère. Dimanche matin, les autorités déployées dans le parc ont bloqué tous les accès pour empêcher d’autres raveurs de rejoindre la fête :

« Deux escadrons de la gendarmerie mobile, soit 120 hommes, ainsi que 50 gendarmes départementaux se relaient sur place pour surveiller le site et éviter que les véhicules ne repartent pour des questions sanitaires, liées au risque de propagation du Covid-19, et aussi de sécurité routière », a indiqué la préfecture à l’AFP.

Crédit Photo : SYLVAIN THOMAS / AFP

En effet, de nombreux participants ne sont toujours pas en état de conduire. En conséquence, les gendarmes ont procédé à des verbalisations pour alcoolémie et usages de produits stupéfiants.

La préfète de la Lozère, Valérie Hatsch, indique également que de très « jeunes enfants » se trouvaient encore sur le site.

Deux centres de tests prêts mardi matin

Afin d’assurer la protection de tous, deux centres de dépistage du Covid-19 sont en train d’être installés à proximité du parc. Selon la préfète, ils devraient être opérationnels mardi matin.

Crédit Photo : SYLVAIN THOMAS / AFP

La rave party illégale a provoqué la colère des agriculteurs et des habitants : « Les Lozériens ont été très sérieux avec le Covid, ils ont respecté les gestes barrières et cette arrivée massive de gens qui ne respectent rien les a profondément choqués », avait souligné dimanche soir la préfète Valérie Hatsch.

Pour rappel, les rassemblements de plus de 5 000 personnes sont interdits en France jusqu’au 31 août.

Source : Le Figaro
Plus d'articles