Saint Laurent, Gucci, Balenciaga... Le groupe de marques de luxe Kering renonce à la fourrure animale

647partages

C’est officiel : le groupe de marques de luxe Kering n’utilisera plus de fourrure animale dans ses collections à partir de l’automne 2022. Une victoire pour les associations de défense des animaux.

Depuis plusieurs années, certaines marques de luxe détenues par Kering (Gucci, Balenciaga, Bottega Veneta ou encore Alexander McQueen) n’utilisent plus de fourrure animale pour confectionner leurs créations.

À voir aussi

C’est désormais au tour de Saint-Laurent et Brioni d’y renoncer. En effet, les marques du groupe français banniront la fourrure de leurs collections à partir de l’automne 2022. Cette décision concerne également les défilés et les magasins.

Défilé Yves Saint-Laurent / collection Hiver 2028. Crédit Photo : Alain Jocard AFP

« Le moment est venu de franchir un pas supplémentaire en mettant fin à l’utilisation de la fourrure dans toutes nos collections. Le monde a changé, nos clients ont évolué et le luxe doit naturellement s’y adapter », a indiqué ce vendredi 24 septembre François Henri Pinault dans un communiqué.

Les associations de défense animale saluent la décision du groupe

Sans surprise, cette annonce n’est pas inaperçue auprès des associations de défense animale qui se battent depuis des années pour l’interdiction de l’utilisation de la fourrure.

Une « révolution dans le monde de la mode et du luxe », a écrit OneVoice sur Twitter. « L’avenir est clairement sans fourrure, et maintenant l’un des plus grands groupes de mode de luxe est d’accord », a déclaré l’association Humane Society. « Une décision qui fera date », a commenté la Fondation Brigitte Bardot.

L’association PETA a également fait part de sa satisfaction sur son site Interne t: « Cette décision fait suite à une campagne de plusieurs décennies menée par les entités internationales de PETA, et les supporters de PETA qui ont envoyé plus de cent mille messages à Kering ou ont manifesté devant les magasins Saint-Laurent peuvent se réjouir de l’annonce faite aujourd’hui ».

De son côté, la Fédération française de la fourrure a pointé du doigt« l’hypocrisie évidente de la part d’un groupe qui possède en France et dans le reste du monde, des tanneries de peau exotique (crocodiles, pythons...) et utilise, à juste titre, toutes les autres matières naturelles animales comme le cuir ou la laine », a précisé l’organisation dans un communiqué.

Source : AFP