La pleine lune aurait un impact bien négatif sur notre sommeil, selon une étude

À l’occasion de la pleine lune de ce soir, la rédaction a décidé de s’intéresser de plus près à ce phénomène qui affecterait le sommeil. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude menée par une université américaine.

C’est bien connu : la pleine lune aurait des effets négatifs sur le sommeil. Pas de chance, cette croyance populaire est on ne peut plus sérieuse ! Préparez-vous à mal dormir car la prochaine pleine lune aura lieu ce mardi 21 septembre.

À voir aussi

Crédit Photo : Onkamon / Shutterstock

La pleine lune et le sommeil ne font pas bon ménage

D’après une étude menée par l’université de Washington et publiée en janvier 2021, cette phase lunaire affecterait réellement notre sommeil. Pour mener à bien leurs recherches, les scientifiques ont effectué une série de tests sur une centaine de participants originaires de la ville ou de la campagne.

Résultat : les cobayes ont eu du mal à s’endormir durant les 3 à 5 jours précédant la pleine lune. Ces derniers sont tombés dans les bras de Morphée 30 minutes plus tard qu’à l’accoutumée. De plus, ils ont dormi moins longtemps (- 50 minutes) au cours de cette même période.

Crédit Photo : amenic181 / Shutterstock

L’étude indique également que la lumière émise par le satellite naturel de la Terre affecterait le sommeil: « Le clair de lune est si lumineux pour l'œil d’un humain qu'il est tout à fait raisonnable d'imaginer qu'en l'absence d'autres sources de lumière, cette source de lumière nocturne aurait pu jouer un rôle dans la modulation de l'activité nocturne et du sommeil des humains », explique l’un des chercheurs.

Les scientifiques ont également établi une corrélation entre le clair de Lune et la lumière artificielle sur notre horloge circadienne, rapportent nos confrères de Futura Sciences.

«  Elle nous fait nous endormir plus tard. Et cela nous fait dormir moins parce qu'en général, nous n'utilisons pas de lumière artificielle pour avancer le matin. Ce sont les mêmes modèles que ceux que nous avons observés avec les phases de la Lune  », souligne Horacio de la Iglesia, chercheur en biologie.

Source : Science Advances