Une femme poursuit son petit ami pour fausse promesse de mariage après 8 ans de relation

5 279partages

En Namibie, une femme a décidé de poursuivre son compagnon en justice. La raison? Il avait promis de faire d’elle son épouse, mais le mariage n’a jamais eu lieu.

Dans un couple, la question du mariage peut créer quelques discordes. En effet, s’unir pour la vie représente dans la plupart des cas une étape décisive entre deux êtres qui s’aiment.

Évidemment, certaines personnes ne sont pas prêtes à franchir ce cap, au plus grand dam de leur partenaire. Dans ce cas de figure, les gens acceptent avec fatalité la décision de l’être aimé.

Gertrude Ngoma, 36 ans, ne fait pas partie de cette catégorie de personnes. La jeune femme, originaire de Namibie, a décidé de poursuivre son compagnon en justice pour fausse promesse de mariage.

Crédit Photo : UnsplashSelon ses dires, son petit ami avait promis de l’épouser, en vain. Au bout de huit ans de relation, Herbert ne s’est jamais agenouillé pour lui passer la bague au doigt.

De son côté, Gertrude a décidé qu’elle avait suffisamment attendu sa demande et a porté plainte contre lui. À travers son geste, elle espère que son amant comprendra sa peine.

« Il n’a jamais été sérieux »

D’après un média local, la plaignante a indiqué aux jurés que son partenaire n'était pas sérieux dans leur relation. Elle le soupçonne de la tromper avec une autre femme.

« Il n'a jamais été sérieux, c'est pourquoi je l'ai amené au tribunal parce que je mérite de connaître la voie à suivre et notre avenir », a-t-elle déclaré.

Crédit Photo : Unsplash

Pour sa défense, Herbert a expliqué que sa petite amie ne lui avait pas accordé l'attention qu'il pensait mériter et c'est l’une des raisons pour laquelle il refuse «pour le moment» de l’épouser.

Comme le couple n’est pas marié, le tribunal a été dans l’incapacité de résoudre ce problème. Toutefois, le juge qui présidait l’affaire a conseillé aux amoureux de régler leurs différends à l’amiable.

Affaire à suivre…

Source : Tuko
Plus d'articles
À lire aussi