Chez Starbucks, une adolescente musulmane récupère sa boisson avec écrit « ISIS » au lieu de son prénom

8 176partages

Vous le savez sans doute, chez la chaîne mondialement connue Starbucks Coffee, la tradition veut que le serveur qui s’occupe de votre commande écrive votre nom sur le gobelet de votre boisson. S’il arrive parfois que les clients prennent avec humour les erreurs de rédaction des prénoms donnés à l’oral, cette fois l’affaire est bien moins drôle.

Publicité

En effet, à Saint-Paul, capitale de l’état américain du Minnesota, une jeune femme musulmane s’est vue remettre une boisson avec l’inscription « ISIS ». Cet acronyme souvent utilisé par les médias britanniques signifie « Islamic State of Iraq and Sham », comprenez « État islamique en Irak et dans le Cham » ou plus simplement « État islamique ». La scène s’est déroulée le 1er juillet dernier alors qu’Aishah, l’adolescente portant le voile, accompagnée d’une amie, souhaite profiter d’un moment de détente comme elle en a l’habitude.

Du haut de ses 19 ans, elle a confié à nos confrères de BuzzFeed News : « J’ai ressenti beaucoup d’émotions différentes mais j’étais principalement choquée parce que je n’arrivais pas à réaliser ce qu’il venait de se passer. » Effectivement, on peut aisément comprendre sa réaction. Surtout que dans la foulée, le serveur en question aurait expliqué avoir inscrit les lettres ISIS car il n’avait pas bien compris son nom. Un manageur aurait ensuite tenté de minimiser les faits en disant à Aishah qu’il arrivait assez fréquemment que des prénoms de clients soient écorchés. Des arguments jugés « non crédibles et non recevables » par l’intéressée. Habituée de l’enseigne, la jeune femme rappelle également que « normalement, quand le serveur comprend mal le prénom à écrire, il demande au client de l’épeler. »

Des événements qui ont poussé Starbucks à réagir

Face à la polémique grandissante, Starbucks Coffee a été obligé de réagir. Peu après les révélations, un porte-parole de l’enseigne a présenté ses excuses au nom de l’entreprise pour l’expérience traumatisante vécue par la cliente. Ce dernier a aussi tenu a ajouté qu’en 2018, Starbucks avait fermé tous ces comptoirs de vente aux États-Unis afin de permettre à ses employés de suivre une formation sur la diversité et l’intégration.

De son côté, depuis son dépôt de plainte, Aishah, qui suite à la mésaventure s’est simplement vue offrir une boisson et une carte cadeau de 20 euros avant d’être escortée vers la sortie par la sécurité, précise qu’elle n’a aucune nouvelle de l’enseigne.

Source : TIME
Plus d'articles