Toiles d'araignées, rats morts, animaux couverts de blessures : De nouvelles images accablent un élevage porcin du Tarn

Par
1 457
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Après les abominables images prises en caméra cachée d'un élevage porcin espagnol le mois dernier, puis l'enquête à charge publiée il y a quelques jours au sujet des élevages italiens produisant du jambon de Parme, c'est au tour d'un élevage français de se faire épingler par l'association L214. Les militants se sont en effet procuré des images accablantes d'un élevage intensif de porcs situé dans le Tarn, à proximité de la commune de Peyrole, à mi-chemin entre Toulouse et Albi.

La vidéo, tournée en février 2018, montre des animaux couverts de plaies, pataugeant dans les immondices, des locaux envahis de rats morts, d'excréments et de toiles d'araignées. Hier, les activistes de la cause animale ont alerté les services vétérinaires de la préfecture du Tarn, à Albi. Ils doivent porter plainte ce jeudi matin pour « maltraitances » et demandent « la fermeture de l'élevage ».

ATTENTION — Images choquantes :

Des animaux malades, couverts de plaies béantes, un état de saleté extrême dans des locaux envahis de mouches, des rats morts et des déjections qui tapissent le sol, des murs couverts de toiles d'araignées : ces images, dévoilées ce jeudi 12 avril par l'association L214, témoignent des conditions de vie déplorables des porcs dans un élevage du Tarn. Les militants dénoncent « un état déplorable » et « des conditions d'hygiène inadmissibles ».

Outre les nombreux manquements aux normes de santé, d'hygiène et de bien-être animal, l'association dénonce un environnement inadapté, et des aménagements qui vont à l'encontre de la réglementation. Les animaux ne sont pas isolés les uns des autres, ont accès à un environnement unique et non-varié, ce qui les pousse à se mordre et à se blesser entre eux, ainsi qu’à aggraver l'infection des plaies.

« Dans certaines parties des bâtiments, faute de nettoyage, les animaux vivent dans leurs excréments sans avoir d'espace propre et sec où s'allonger », dénoncent, en outre, les activistes.

Même si les images remontent à février passé, « il y a peu de chances que la situation ait évolué favorablement », selon L214. Un contrôle a été immédiatement diligenté par les services vétérinaires de la préfecture d'Albi, prévenus hier par les militants. Pour éventuellement obtenir gain de cause dans sa plainte déposée contre l'élevage, l'association devra attendre les résultats du contrôle.

Interrogé par le quotidien local La Dépêche du Midi, l'exploitant a affirmé que les vétérinaires avaient déjà effectué un contrôle « récemment » et qu'ils n'avaient « rien trouvé ». Cependant, la préfecture a également indiqué au journal que, lors d'un contrôle effectué en 2014 dans ce même élevage, des porcs avaient dû être euthanasiés à cause de leur mauvais état de santé.

Le propriétaire de l'élevage n'a pas souhaité commenter davantage les événements, indiquant simplement que sa propre version des faits « contredit complètement » celle donnée par l'association.

 

Commentaires