« Tuer des animaux, ce n'est pas violent » selon le patron des chasseurs

38Kpartages

Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, s’est exprimé sur CNews pour défendre la chasse face aux critiques écologistes.

En promotion pour la sortie de son livre « Un chasseur en campagne », paru le 18 août dernier, Willy Schraen a le goût pour les médias, notamment pour défendre la cause des chasseurs, alors qu’ils bénéficient d’un soutien infaillible du gouvernement.

Publicité

SIPA

Le président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) s’était notamment fait connaître du grand public, il y a quelques mois, en déclarant qu’il faudrait « tuer des chats » avec des pièges à 300 mètres des habitations, considérés comme nuisibles, pour améliorer la biodiversité. Des propos qu'il avait ensuite regretté et tempéré.

Cette fois-ci, ce sont de nouveaux propos polémique sur les vertus de la chasse, prononcés alors qu’il était sur le plateau de Jean-Marc Morandini sur CNews, qui risquent de faire hurler les écologistes :

« Les chasseurs, ce ne sont pas du tout des salauds (…) Je ne comprends pas que la chasse puisse choquer (…) La plupart des gens qu’on emmène découvrir la chasse nous disent: ‘Ce n’est pas comme je pensais’. Dans la chasse, on tue un animal, on le mange. Tout cela, je l’assume ».

Crédit photo : Shutterstock / PRESSLAB

Pour Willy Schraen, la chasse n’est pas une activité violente

Dans son livre, dont la préface est signée Eric Dupont-Moretti, nouveau garde des Sceaux, il s’attaque aux écologistes qu’il oppose à la ruralité et donc, à la nature.

« Est-ce que j’ai du plaisir à la chasse, à traquer un animal et à le tuer ? La réponse est oui. J’aime tuer des animaux dans le cadre de la chasse » confie-t-il sur CNews.

Cependant, Willy Schraen estime qu’il n’y a aucune violence dans la chasse : « Tuer un animal, ce n’est pas violent du tout. Ou alors tout est violent dans la nature et dans la société de consommation. Tout ce que l’on mange, il faut quand même le tuer (…) Je suis d’accord, on n’a pas besoin de chasser pour se nourrir, mais c’est un grand plaisir ».

Un plaisir qui n’est pas au goût des écologistes alors que la FNC déclarait, il y a deux ans, que les chasseurs étaient les premiers écologistes de France. Par ailleurs, Willy Schraen confie « aimer passionnément les animaux » : « Dès que je pose mon fusil, je passe mon temps à m’occuper des animaux et de la nature » indique-t-il.

Source : Cnews
Plus d'articles