Après 5 ans de lutte, un ancien agent de conservation licencié pour avoir refusé de tuer des oursons remporte son procès

17Kpartages

Un ancien agent de conservation qui a été licencié de son travail en 2015, après avoir refusé de tuer deux oursons, a remporté son procès contre son ancienne entreprise, après cinq ans de lutte et d’attente.

Crédit Photo : Tri-City News

Qui sème le vent, récolte la tempête.

En 2015, Bryce Casavant, agent de la conversation de la Colombie-Britannique (Canada), a abattu une femelle ours noir.

Cette dernière, accompagnée de ses petits, s’était introduite dans le jardin d’une habitante de la ville, dans le but de trouver de la nourriture.

L’agent a été dans l’obligation de tirer sur la mère "en vertu de la politique de la province, selon laquelle un ours doit être abattu s’il est considéré comme dépendant de la nourriture humaine".

Il a emmené les oursons chez le vétérinaire

Mais Bryce Casavant a refusé de tuer les deux oursons alors qu’il en avait reçu l’ordre. À la place, Il a décidé de les emmener chez le vétérinaire. Son geste lui a coûté sa place.

Le lendemain, le jeune homme a été suspendu avant d’être renvoyé définitivement. Ses anciens employeurs l’ont accusé d’avoir défié les instructions données par son superviseur, c’est-à-dire tuer les oursons car ils « s’étaient habitués à la nourriture humaine ».

Crédit Photo : Debbie Steinhausser / Shutterstock

Entre-temps, les deux oursons avaient été placés dans un centre de rétablissement géré par la North Island Wildlife Recovery Association. Robin Campbell, gestionnaire du centre de récupération, a chaudement félicité l’agent de conservation pour son geste.

D’après lui, les oursons n’ont pas eu le temps de s’habituer à la nourriture humaine et pouvaient être réintroduits dans la nature : « La mère ours était un problème, mais ses petits n’ont rien fait », a confié le gestionnaire au journal communautaire North Island Gazette.

Fort heureusement, les deux boules de poils ont finalement été relâchées dans la nature.

À la suite de son licenciement, Bryce Casavant a reçu une vague de soutien de la part de nombreux internautes. Une pétition en ligne a été créée dans le but de réhabiliter l’agent.

Cinq années de bataille juridique

Sans surprise, le jeune homme a décidé d’intenter un procès contre ses anciens employeurs. Après cinq années de bataille juridique, Bryce Casavant a gagné son combat. En effet, la Cour d’appel de la Colombie Britannique a statué en sa faveur.

Pour Bryce Casavant, cette victoire est un énorme soulagement même si le jeune homme regrette d’avoir tué la mère des oursons : « J’ai l’impression que les nuages noirs qui pèsent sur ma famille depuis des années commencent enfin à se dissiper. Mais le moment est doux-amer, parce que je n’aurais jamais dû exécuter ce tir », a déclaré le jeune homme à The Guardian.

Source : Tri-City News
Plus d'articles