Un député propose un test obligatoire pour avoir le droit d'adopter des animaux

31Kpartages

Chaque été avant les grands départs en vacances, des milliers d’animaux de compagnie sont abandonnés sur le bord de la route. Tout au long de l’année, de nombreux sont également mal traités par leurs propriétaires. Face à ce constat alarmant, des associations et des élus s’activent pour améliorer les conditions de vie de nos amis les bêtes. Et un pas significatif dans ce sens pourrait bientôt être franchi.

Crédit : Lua the Cocker / Instagram

Publicité

En effet, le député des Alpes-Maritime Loïc Dombreval avait annoncé la semaine dernière sur le réseau social Twitter qu’il déposerait le 23 juin auprès du gouvernement un rapport sur le bien-être des animaux de compagnie et des chevaux. Et c’est désormais chose faite !

Au total, ce sont près de 250 pages et 100 recommandations pour améliorer la vie des animaux de compagnie et celle des chevaux en fin de vie. L’élu a aussi précisé que le rapport était notamment basé sur les auditions de 258 personnes, qui ont partagé leur passion et donné de leur temps. Un document bien renseigné, donc, qui cristallise l’espoir de tous les amoureux des animaux qui luttent au quotidien pour leur offrir une meilleure existence.

Un test obligatoire pour pouvoir adopter un animal

Parmi les réformes que Loïc Dombreval aimerait voir entrer en vigueur, on retrouve par exemple un numéro vert pour dénoncer les actes de maltraitance, un site internet avec toutes les informations nécessaires aux nouveaux propriétaires, l'interdiction de vente d'animaux dans les foires, expositions, animalerie et sites internet spécialisés mais surtout : un test obligatoire avant d’avoir l’autorisation d’adopter un animal. Vous l’aurez compris, l’objectif est de faire un point sur la responsabilité des futurs maîtres et d'évaluer leur intérêt pour le projet.

Des mesures qui seraient les bienvenues quand on sait que la France est le pays d’Europe qui compte le plus grand nombre d’animaux de compagnie avec 50% de sa population qui en possède au moins un. Pour se donner les meilleures chances de réussir à améliorer la vie de nos animaux, le député a même proposé de créer une structure dédiée au sein du gouvernement. « La protection animale n'est pas incarnée politiquement. Seule une autorité administrative indépendante peut faire avancer la condition animale et le droit des animaux en France » déclare-t-il.

Maintenant, on croise les doigts pour que le projet de loi soit retenu !

Source : France Bleu
Plus d'articles