Un habitat collectif crée par des retraités pour profiter de leurs vieux jours

Par
3 256
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Bien décidés à ne pas s’entasser dans une maison de retraite classique, des jeunes retraités prennent en main leur avenir !

Patrick Chrétien, jeune instituteur retraité lyonnais, part d’un constat cinglant : « Le troisième âge est devenu un véritable business où l’on propose à des investisseurs de placer leur argent à 6 % pour construire des parcs à vieux ».

Ne souhaitant pas finir leurs jours ainsi, Patrick et une vingtaine d’amis également retraités unissent leur force pour créer un lieu de vie à leur goût.

Arketype Studio

Engagement social, associatif, écologique, culturel et politique mais aussi travail d’équipe, coopération… Voilà les aspects que la troupe attend de leur projet d’habitat collectif, adapté aux personnes âgées.

Après avoir finalement réussi à convaincre des banques et collectivités de leur prêter de l'argent, ce qui n'était pas une mince affaire, les sexagénaires ont créé l'association Chamarel. Ils ont ainsi réussi à obtenir 3 prêts à hauteur d’1,9 million, négocié sur cinquante ans.

Maxppp / Philippe Juste

En 2009, les néoretraités se mettent au travail. Souhaitant un lieu en harmonie avec la Nature, ils entreprennent un chantier respectant le développement durable où l’isolation est faite en paille.

Après 9 ans de construction et de conception, le bâtiment baptisé « Chamarel-Les Barges » sort enfin de terre dans la commune de Vaulx-en-Velin, en banlieue de Lyon.

D’une hauteur de quatre étages, le bâtiment comporte quatorze T2 de 45 m2 et deux T3 de 63 m2 dans lesquels ils viennent tout juste d'emménager cet été.

3 chambres d’amis pour recevoir les enfants et petits-enfants, une salle commune avec cuisine, un atelier bricolage, une buanderie, un bureau pour l’association, un local à vélo, un parking, des jardins et même des ruches sur le toit pour le miel maison : le lieu se veut agréable et innovant.

Basta mag

Avec un loyer mensuel compris entre 600 et 800 euros, le lieu risque de faire des envieux mais surtout d’en encourager plus d’un à se lancer dans des projets similaires… De plus, le montage juridique complexe de cet habitat collectif évite toute spéculation immobilière.

Les portes étant ouvertes depuis Juillet, nous attendons avec impatience les premiers retours de la petite ribambelle de retraités installés pour profiter paisiblement de leurs vieux jours…

En attendant voici ci-dessous une vidéo pour en savoir plus :

Source : We Demain
Commentaires