Un ingénieur de l'Aude invente un piège qui pourrait enfin préserver les ruches face au frelon asiatique

2 008partages

Pour tenter de venir à bout du frelon asiatique, qui fait des ravages dans les ruches du pays mais aussi dans le reste de l'Europe, un ingénieur français a mis au point un piège ingénieux qui permettrait de capturer l'insecte destructeur, tout en préservant les abeilles. Précisions.

Voilà plus d’une décennie maintenant que le frelon asiatique a fait son apparition en France, décimant peu à peu les ruches sans que les apiculteurs puissent lutter efficacement contre ce fléau.

Impuissants, ces derniers ne peuvent en effet que constater les dégâts et ne cessent d’alerter les pouvoirs publics sur ce phénomène, qui menace à terme tout un écosystème.

S’il n’existe pas de chiffres officiels quant à la présence sur le territoire de frelons asiatiques (classés nuisibles depuis 2016 par l’Union européenne), on sait qu’il est particulièrement implanté dans le sud de la France et notamment dans la région Sud Rhône-Alpes.

Accidentellement importé de Chine suite à une livraison de poteries dans le Lot-et-Garonne, l’insecte destructeur continue de proliférer au grand dam de toute une profession.

Mais un ingénieur audois a peut-être trouvé la solution !

Crédit photo : Pixabay

Cet ingénieur a créé un piège anti frelons asiatiques, qui pourrait sauver les abeilles

Apiculteur à ses heures perdues, Frédéric Larguier ne connaît que trop bien le problème des frelons asiatiques. Il a donc décidé d’y mettre un terme en créant un piège basé sur la reconnaissance d’image, qu'il a baptisé Vigivelutina.

Placé à l’entrée de la ruche, comme s’il s’agissait d’un sas de contrôle, celui-ci dupe le frelon qui s’y rend naturellement par réflexe pour chasser les abeilles sortantes.

Et c’est là que le piège se referme sur l’insecte !

Crédit photo : Vigivelutina

« À l’intérieur de ce caisson, on a une caméra qui détecte le frelon et qui déclenche un soufflet qui va descendre envelopper le frelon », explique ainsi Frédéric Larguier, récemment interrogé sur sa trouvaille par nos confrères de France télévision.

« Le frelon est alors pris dans une cage noire et il va essayer de s’échapper en se dirigeant vers la lumière », poursuit-il.

C’est d’ailleurs ce qui va causer sa perte puisqu’attiré par la lumière, le frelon va se retrouver coincé et piégé dans un bac en plastique transparent.

Si quelques abeilles risquent elles aussi d’être prises au piège, elles peuvent néanmoins s’échapper par de petits trous, à l’inverse du frelon qui est beaucoup trop gros.

Ce piège n’utilise aucun insecticide et ne représente donc aucun danger pour les abeilles.

Seul petit bémol, le système de reconnaissance d’images, utilisé pour ce piège, nécessite pour l’instant une connexion à internet et donc un raccordement à l’électricité. Ce qui complique son installation.

Frédéric Larguier travaille donc actuellement pour en faire une machine autonome, qui fonctionnerait à partir d’une carte électronique. Il a par ailleurs lancé une campagne de crowfunding pour que ce projet devienne une réalité et qu'il puisse, à terme, être commercialisé.

Le combat ne fait donc que commencer.

Pour rappel, 40 000 ruches meurent chaque année, victimes du frelon asiatique !

Plus d'articles
À lire aussi