Après avoir quitté son job, il reçoit son dernier salaire en... pièces de 5 centimes, dans un seau de 30 kg

626partages

Recevoir son salaire dans un récipient plein de petites pièces, c'est assez encombrant et désuet, n'est-ce pas ? C'est pourtant la drôle de mésaventure qui vient d'arriver à un jeune Irlandais. C'est l'histoire insolite du jour.

Il ne l’avait pas vu venir !

Rian Keogh, un Irlandais qui venait de quitter son job au sein d’un restaurant de Dublin, a reçu son solde de tout compte de 355 euros en… pièces de 5 centimes.

Le jeune homme de 20 ans a en effet reçu son dernier salaire, des mains de son employeur, dans un seau qui contenait la bagatelle de 7 100 piécettes de cuivre.

Il faut dire que les relations entre l’employé et son patron s’étaient quelque peu détériorées sur la fin et ce dernier s’en est manifestement souvenu au moment de passer à la caisse.

Il reçoit son solde de tout compte dans un seau rempli de... pièces de 5 centimes

Comme l’expliquent des médias locaux, Rian avait pris la décision de quitter cet emploi mais il n’avait pas donné son préavis à temps, ce qui n’a manifestement pas été du goût de son patron, lequel a fait traîner les choses pour le payer malgré les nombreuses relances du garçon.

Et quand, enfin, Rian a obtenu gain de cause le 14 septembre dernier, quelle ne fut pas sa surprise en arrivant au restaurant lorsqu’il s’est vu remettre ce seau rempli de monnaies.

Il a d’abord cru à une mauvaise blague mais s’est vite rendu à l’évidence, son patron était bel et bien sérieux.

C’est à ce moment précis qu’il s’est souvenu des paroles de son employeur qui, en l’appelant pour le prévenir que sa paye l’attendait, lui avait promis que « chaque centime » était « prêt ».

Des mots que le jeune homme aurait dû prendre au premier degré car son patron a tenu parole !

Rian a partagé cette anecdote sur twitter, photo à l’appui, en montrant son seau de pièces qui pesait tout de même 29,8 kg.

Qu’il se rassure tout de même, si ce paiement s’avère trop encombrant, il est en droit de le contester car, en vertu de la loi sur l’union économique et monétaire de 1998, les travailleurs de l’UE ne sont pas obligés d’accepter plus de 50 pièces en une seule transaction.

Source : The Mirror