« Les rats ne sont pas nos ennemis » : une campagne pour casser les clichés sur les rongeurs

Par
3 571
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

L'association Parc Animaux Zoopolis lance une campagne d'affichage dans le métro parisien pour lutter contre le « massacre » des rats et changer l'image négative que la population a des rongeurs.

Crédits : Florian Bott / Shutterstock

Sales, invasifs, porteurs de maladie, effrayants… Lorsqu'il s'agit des rats, les qualificatifs employés sont très peu flatteurs.

Entre les fumigènes, le poison, et les différents pièges, tous les moyens sont bons pour se débarrasser de ces pestiférés qui envahiraient nos rues. Fin 2016, la Mairie de Paris a lancé un vaste plan à 1,5 million d'euros pour éviter la prolifération de ces rongeurs, dont on évalue le nombre à 4 millions dans la capitale.

L'association Parc Animaux Zoopolis, qui traite des questions de souffrance animale, entend renverser la vapeur en prenant pour une fois le parti des rats. Elle lance à cet effet une campagne d'affichage sur les quais du métro parisien qui s'étendra sur une semaine.

« Les rats ne sont pas nos ennemis », peut-on lire sur l'affiche placardée dans des dizaines de stations à partir de ce jeudi. On y voit sur un fond rose bonbon un rat adorable qui semble inoffensif et tient une pancarte « bisous gratuits ». Un visuel qui contraste largement avec l'image que l'on se fait du « gros rat de Paris ».

À l’origine, les militants avaient prévu d'afficher un slogan nettement plus choc - « stop au massacre des rats » -, mais cette version a été censurée par la régie publicitaire de la RATP, comme le fait savoir Zoopolis sur son site internet. La mention « Demandons à Paris de stopper l’empoisonnement massif des rats » a elle aussi été rayée de la carte.

Redorer l'image du rat

Avec cette campagne, le groupe de défense des animaux entend faire évoluer les mentalités. Un à un, il déconstruit ainsi les préjugés autour des rats dans un communiqué. « Les rats sont, à tort, associés à la saleté. Ils sont en effet très propres ; ils font leur toilette avec minutie, même s’ils vivent dans les égouts », peut-on lire. À la question de savoir si ces rongeurs sont dangereux, l'association répond : « Les rats ne constituent pas une menace pour les êtres humains ; ils n’attaquent pas ceux-ci. (…) Lorsqu’ils pressentent un danger, les rats fuient. »

L'objectif est aussi de dénoncer la politique agressive menée par la ville de Paris. Plutôt que de chasser les rongeurs ou de les éliminer, Zoopolis suggère de « cohabiter intelligemment » avec eux, estimant qu'ils sont « aussi légitimes que nous à vivre en ville ».

L'association estime ainsi que l'espace urbain doit être partagé. Il ne s'agit bien entendu pas d'accueillir tout le monde à son domicile mais au moins de mettre en commun les espaces publics, comme les parcs ou les jardins. Elle appelle également à lutter contre les causes de la présence des rats en surface, et notamment l’accès à la nourriture abandonnée, qui attire les bêtes.

Les rats ont aussi leur utilité. Ils mangeraient en effet « 25 grammes de déchets par jour », nous débarrassant ainsi de « 9 kg de déchets au cours de leur vie » (un an en moyenne), soutient auprès de 20 Minutes Pierre Falgayrac, expert en hygiène et sécurité.

Source : Zoopolis
Commentaires