Le chat-renard, une nouvelle espèce sauvage a été recensée en Corse

Par
17 943
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Etudiée par l’ONCFS (Office Nationale des Forêts), les caractéristiques du « chat-renard », nouvelle espèce découverte il y a peu en Corse, ont été dévoilées.

Dans la forêt d’Asco, le 12 juin dernier, deux agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage ont fait la découverte de ce qu’ils pensent être une nouvelle espèce de félin : « Pour nous, c’est une espèce sauvage naturelle qui était connue mais pas recensée, parce que c’est un animal extrêmement discret, avec des mœurs nocturnes ».

Il a été aperçu dans cette forêt de 25 000 hectares, loin de la présence de l’homme, ou il y a « de l’eau et un couvert végétal pour le protéger de son principal prédateur, l’aigle royal » selon l’ONCFS. L’office en a d’ailleurs capturé 12 sur 16 chats-renards identifiés.

AFP/Pascal Pochard-Casabianca

Les recherches ce sont faites pourtant beaucoup plus tôt, il appartiendrait en effet à la mythologie des bergers, qui racontaient « que ces chats forestiers s’attaquaient aux mamelles de leurs brebis et leurs chèvres » selon Carlu-Antone Cecchini, agent de l’ONCFS. Ce qui a provoqué une certaine curiosité, et qui a valu pas mal de recherches en 2008, des recherches qui ont durées 10 ans.

AFP/Pascal Pochard-Casabianca

Résultat, il ressemble comme deux gouttes d’eau à un chat domestique, et pourtant il n’en est pas un : poils gris, queue à anneaux, les canines très développées, il se nomme le « ghjattu-volpe », « chat-renard » en corse et est bien une espèce sauvage. Et si vous vous demandez pourquoi, en fait, c’est leur longueur et leur queue qui leur a valu le nom de «chat-renard».

Etudié par les deux agents, le verdict est : 90 cm de la tête au bout de la queue, pavillons des oreilles « très larges », courtes moustaches, canines « très développées [...] tarses des pattes postérieures toujours très noirs », « couleur rousse-rouille sur le ventre ». Egalement, on obeserve une densité de poils très importante qui le préserve des puces, poux, ou tiques. Sa queue se compose de 2 à 4 anneaux et se termine toujours par un manchon bien noir, il possède également des zébrures sur les pattes antérieures.

AFP/Pascal Pochard-Casabianca

AFP/Pascal Pochard-Casabianca

Au final, après toutes ces mesures, le chat a pu repartir, débarrassé de son collier GPS.

Source : AFP
Corse
Commentaires