Loire-Atlantique : la plage de l'Océan à Saint-Brevin-les-Pins envahie de « couteaux », une première depuis 25 ans

Savez-vous ce qu'est le Solenoidea ? Il s'agit d'un coquillage bivalve dont la coquille est extrêmement tranchante, d'où son surnom de... « couteau ». Ce mollusque vient d'envahir une plage de Loire-Atlantique et ce dans des proportions inimaginables, à la grande surprise des habitants.

Depuis quelques jours, les habitants de Saint-Brevin-les-Pins (Loire-Atlantique) peuvent admirer un drôle de spectacle, qui tranche (vous l’avez ?) avec ce qu’ils ont l’habitude de voir, en se baladant sur la plage de l’Océan.

Christophe François / France Télévisions

Cette dernière est en effet envahie par des « couteaux » échoués, des coquillages bivalves qui s’étendent à perte de vue sur le sable, comme ont pu le constater nos confrères de France 3.

Si les 9 km de plage que compte la commune ont l’habitude de recevoir quantité de choses acheminées par les marées, c’est bien la première fois « depuis 25 ans », de l'aveu même d'un riverain, qu’un tel échouage est constaté.

Christophe François / France Télévisions

Des coquillages appelés « couteaux » et très tranchants ont envahi la plage de l’Océan à Saint-Brevin-les-Pins.

Également appelés Solenoidea, ces coquillages sont vides de toute chaire, ce qui rassure la municipalité de Saint-Brevin-les-Pins, laquelle craignait des nuisances olfactives en raison de cet afflux massif.

« Il n’y a pas de risque de mauvaises odeurs ou de risque sanitaire sur la plage », a ainsi indiqué le conseiller municipal Jean-François Golhen qui a précisé que la mairie n’interviendrait pas, laissant ces coquillages fragiles repartir à la mer ou disparaître naturellement dans le sable car « c’est le cycle de la vie ».

Christophe François / France Télévisions

Cet échouage massif interpelle tout de même les naturalistes qui n’ont pour l’instant pas de réponse, d’autant que la variété de coquillages observée sur la plage de Saint-Brevin est beaucoup plus volumineuse que celles que l’on aperçoit d’ordinaire sur les côtes de la Manche ou de l’Atlantique.

Cette variété proviendrait vraisemblablement des côtes américaines.

En attendant que celles-ci soient rejetées à la mer, la mairie a recommandé aux badauds de ne pas se promener pieds nus sur la plage car les « couteaux » sont évidemment très tranchants.

Plus d'articles
À lire aussi