Les clichés de ce renard sur les pistes d'Orly mettent en lumière la biodiversité sur les terrains aéronautiques

2 810partages
Bouton whatsapp

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les aéroports et la biodiversité font bon ménage. Le renard des pistes d’Orly est en le parfait exemple.

Vous l’ignorez peut-être, mais les pistes de l’aéroport d’Orly abritent un renard sauvage. C’est en tout cas ce que démontrent ces clichés capturés par un mécanicien Airbus A320 pour Air France. La présence de cet animal n’est pas exceptionnelle puisque les aéroports cachent une biodiversité insoupçonnée.

À voir aussi

Les terrains aéronautiques sont protégés

En 2018, le ministère de la Transition écologique affirmait que les aéroports étaient constitués à 70% de prairies et steppes. Selon l’association Aéro Biodiversité, ces plaines sont 100% naturelles et ne contiennent pas de produits chimiques, tel que le phytosanitaire.

« Les terrains sont très protégés. Il n’y a pas d’intervention humaine et seules les bords de pistes sont entretenues pour des raisons de sécurité aéronautique. Le reste des terrains se développe naturellement », explique la directrice de l’association Aéro Biodiversité, Hélène Abraham.

Cette politique environnementale permet à la faune de se développer dans un habitat semi-naturel. En effet, les terrains abritent un grand nombre d’espèces : des insectes pollinisateurs, des rongeurs, des lapins, des chauves-souris, des abeilles, des marmottes, des oiseaux ou encore des hérissons.

Crédit Photo : Aéro Biodiversité

Selon Hélène Abraham, les animaux ne sont pas gênés par le bruit des avions. De plus, les terrains aéronautiques, comme les aérodromes, ne sont pas complément fermés. Dans les Alpes, des traces de chevreuils ont été aperçues sur ces terrains ouverts. Toujours selon l’association, il existe entre 200 et 300 espèces de faune et de flore différentes par terrain.

Les terrains aéroportuaires font également l’objet d’un suivi de la biodiversité réalisé par des scientifiques du Museum d’Histoire naturelle et du CNRS. Au cours de ces visites - qui ont lieu trois fois par an -, les experts dressent un inventaire des différentes espèces.

À noter que l’aéroport d’Orly, l’aéroport Perpignan Sud de France et l’aéroport Tarbes-Lourdes Pyrénées ont reçu un label aérobio.

Source : Geo
Bouton whatsapp