40 cm d'eau dans les Gorges du Verdon, le rafting interdit à cause d'une sécheresse alarmante

Dans le Verdon, haut lieu du tourisme dans le sud de la France, le niveau de l’eau inquiète les autorités. À tel point que pour la première fois depuis des décennies, le rafting, l’un des principales activités du département, y sera interdite.

Crédit : FedevPhoto

Cet été 2022 connaît un climat particulièrement difficile et le Verdon n’échappe pas à la règle. Par conséquent, le niveau des lacs et des cours d’eau baisse à vue d’œil. Au lac de Castillon par exemple, la plage de Saint-André-les-Alpes est le théâtre d’un changement impressionnant où on a l’impression que l’eau a reculé comme sous l'effet d'une grande marée avec seulement 40 cm de profondeur.

Initialement, la baignade devait y ouvrir à partir du 1er juillet mais elle devrait finalement être interdite. En effet, le niveau du lac est inférieur de 5 mètres à celui habituel et l'eau est trouble en raison des sédiments accumulés par le barrage pose des problèmes de sécurités pour les vacanciers. Heureusement pour les touristes présents sur place, d’autres plages seront ouvertes à la baignade autour du lac de Castillon. La baie du Touron et la plage du Cheiron font partie de ces zones où l’accès à l’eau est possible sans le moindre risque, notamment grâce aux galets qui recouvrent le sol. « Il faudra simplement marcher plusieurs mètres pour atteindre l'eau » a expliqué Gilles Gravier de l'office de Tourisme des Gorges du Verdon.

Crédit : ermess

Une situation climatique inquiétante

« En quelques décennies, on est passé d'une sécheresse tous les cinq ans, à trois sécheresses tous les cinq ans » a confié Claude Roustan, président de la fédération de la pêche des Alpes-de-Haute-Provence. En effet, ces dernières années, le manque d’eau s’est fait de plus en plus ressentir dans le Verdon. D’après EDF, chargé de gérer le débit dans les Gorges du Verdon, cela s’explique notamment par un hiver avec peu de pluie et de neige sur le Val d'Allos.

Dans cette région qui vit principalement du tourisme, l’heure est donc à l’inquiétude. « On ne va même pas faire le quart de notre chiffre d'affaires. Les touristes sont déjà énervés et quand il y aura beaucoup de monde, qu'est-ce qu'on va pouvoir leur proposer ? » se désespère Inès Flores, responsable de la base nautique Bike Beach du lac de Castillon. Afin de rassurer les locaux ainsi que les vacanciers, Violaine Démaret, préfète du département, a déclaré : « il faut que les habitants comme les touristes aient conscience de cette situation exceptionnelle. »


VOIR TOUS LES COMMENTAIRES

author-avatar

Au sujet de l'auteur : Albane P

Chez Demotivateur depuis 2014, j'aime mettre en avant des actualités insolites. J'apprécie particulièrement les thématiques autour de l'environnement et des animaux. La vulgarisation scientifique qui permet de rendre accessibles à tous des sujets complexes est un exercice que j'essaie d'appliquer au mieux dans mes articles.