D'ici 2040, les Antilles pourraient être inhabitables à cause du changement climatique

Bouton whatsapp

Selon Virginie Duval, l'une des rédactrices du Giec, les îles des Antilles pourraient devenir inhabitables d'ici 2040. La cause : la montée des eaux et les catastrophes naturelles liées au réchauffement climatique.

Le dérèglement climatique menace la Terre et de nombreuses îles du monde, qui pourraient être recouvertes par les eaux d'ici plusieurs décennies.

À voir aussi

Crédit photo : iStock

C'est notamment le cas des îles des Antilles, qui pourraient devenir inhabitables d'ici 2040 selon Virginie Duval, une professeure de géographie à l'université de la Rochelle qui a contribué à la rédaction du dernier rapport du Giec. 

« Les Antilles font partie des îles les plus menacées », a-t-elle affirmé. 

Les Antilles menacées par la montée des eaux

En dirigeant une étude de terrain aux Antilles avec toute une équipe, Virginie Duval a constaté que certaines zones de Guadeloupe et de Martinique sont menacées. Selon la professeure de géographie, les îles sont menacées par la montée des eaux et pourraient être submergées.

« Avec l'élévation du niveau de la mer, que désormais on ne peut plus arrêter, comme le phénomène d'érosion, on connaîtra des épisodes de submersion comme ceux de fin avril en Guadeloupe, en cas de pluie et de marée haute combinées », a expliqué Virginie Duval.

Crédit photo : Pixabay

Pour éviter que ce scénario catastrophe ne se produise, la professeure a décidé de tout faire pour arranger les choses et limiter les dégâts causés par le réchauffement climatique. Elle souhaite notamment trouver des solutions pour lutter contre l'érosion des îles et déjouer les impacts de la hausse des températures.

« Les impacts seront multiples, a-t-elle affirmé. D'abord, les cyclones seront plus intenses. Les îles connaîtront des pics de destruction. L'érosion côtière questionnera l'usage des littoraux, qui abritent des zones d'habitation, des activités touristiques et les infrastructures, comme les enrochements. »

Les personnes vivant dans les zones inhabitables devront être relocalisées, ce qui aura des conséquences importantes sur la gestion des ressources alimentaires.

« L'agriculture va faire face à des défis, notamment celui de se relever après des cyclones intenses. Les récifs coralliens périclitant, la pêche côtière ne sera plus possible. Il faudra s'adapter avec des pratiques climato-compatibles pour tout, tout le temps, et il faut l'anticiper maintenant », a expliqué Virginie Duval.

Crédit photo : Pixabay

Avec son laboratoire de recherche, l'experte souhaite trouver des solutions pour replanter des coraux dans les récifs et restaurer la mangrove. Des bonnes actions qui ne règleront sans doute pas tous les problèmes liés au réchauffement climatique présents sur l'île.

Source : Le Point
Bouton whatsapp