À 4 ans, il commande 700 euros de gâteaux et de glaces sur Uber Eats avec le téléphone de son papa

Bouton whatsapp

On ne l’y reprendra pas de sitôt ! Un père de famille australien a eu la mauvaise surprise de découvrir que son fils avait commandé pour plus de… 700 euros de glaces et de gâteaux avec le téléphone qu’il lui avait confié.

Cette histoire, dont le principal intéressé se serait certainement bien passé, s’est déroulée ce lundi 13 décembre à Sydney, en Australie.

Ce jour-là, alors qu’il assiste en famille à un match de football de sa fille, Christian King confie ainsi son téléphone à son autre enfant assis en tribunes, pour l’occuper le temps de la rencontre.

Crédit photo : Christian King - DR

Avec le portable de son père, un enfant de 4 ans passe une commande de plus de 700 euros de glace et gâteaux

Quelques instants plus tard, le petit garçon, âgé de 4 ans, indique à son père qu’il a effectué une commande et que la livraison est en cours.

Sur le coup, Christian pense à un mignon petit mensonge de sa progéniture mais lorsque sa femme reçoit un appel d’un livreur Uber Eats qui est en chemin, il voit rouge et comprend qu’il ne s’agit pas d’un canular.

Il se met alors dans une colère froide, d’autant que le montant de la commande s’élève à… 1 139 $ australiens, soit la bagatelle de… 722 euros environ.

« J’avais de la vapeur qui sortait des oreilles, en criant son nom dans la rue », a ainsi raconté l’intéressé, non sans humour, dans les colonnes du Guardian.

« Il m'a dit qu'il avait commandé un gâteau d'anniversaire pour lui-même, et je ne l'ai pas cru (...) Il a commandé deux tiramisu, deux gâteaux aux champignons, une bûche au chocolat, il a choisi ceux qu'il voulait. Il n'a pas choisi au hasard. Il a également commandé huit ou neuf pots de 1,5 litre de glace à la fraise et de la crème glacée gelato. C'est un petit garçon effronté qui a commandé ce qu'il aimait », a précisé le père de famille, qui ne comprend toujours pas comment une commande d'une telle somme a pu être validée sans le moindre système de sécurité.

« Uber Eats n'était au courant de rien, mais nous pensions vraiment qu'il aurait dû y avoir quelque chose en place. C'était une commande très inhabituelle. », a-t-il ainsi déploré.

Finalement, tout est bien qui finit bien puisque la plateforme Uber Eats a accepté de rembourser Christian, après avoir eu le fin mot de l'histoire.

Quant au petit garçon, sa punition a été levée !

Bouton whatsapp
Recevez le meilleur de l'actu de Demotivateur par mail !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter