En Colombie, une vieille épave révèle un trésor d'une valeur de plusieurs milliards d'euros

849partages
Bouton whatsapp

L'armée colombienne a diffusé des images de l'une des épaves les plus précieuses du monde, dont l'emplacement est resté inconnu pendant près de trois siècles.

Crédit : The Bogota Post

À voir aussi

En effet, le navire espagnol San Jose était chargé d'une vaste cargaison de trésors lorsqu'il a été coulé par des navires de la marine britannique en 1708, pendant la guerre de Succession d'Espagne. L’embarcation, un galion de 64 canons avec environ 600 personnes à bord, aurait transporté au moins 200 tonnes de trésor, dont des pièces d'or, des pièces d'argent et des émeraudes, d'une valeur estimée à plus de 16 milliards d’euros aux prix d'aujourd'hui.

L'épave, souvent appelée « saint Graal des épaves », a été découverte par des responsables de la marine colombienne au large de Carthagène en 2015, mais son emplacement précis a été tenu secret. Le président colombien Iván Duque a publié des séquences vidéo inédites de l'épave lors d'une conférence de presse qui s’est tenue le 6 juin dernier. Les images ont révélé de nombreux trésors nouvellement découverts, notamment des céramiques chinoises, des pièces d'or, des épées et des canons.

Crédit : Armada de Colombia

Crédit : Armada de Colombia

« L’idée est de la récupérer et de disposer de mécanismes de financement durables pour les extractions futures. De cette façon, nous protégeons le trésor, le patrimoine du galion San Jose » a déclaré Iván Duque lors d’une interview accordée aux médias locaux et internationaux. Les autorités ont déclaré que les photos ont été prises par un équipement robotique de pointe et télécommandé depuis la surface, lequel est descendu à environ 1000 mètres de profondeur pour explorer les restes de l'épave.

Les inscriptions sur les canons ont révélé qu'ils avaient été fabriqués en 1655 à Séville et à Cadix, en Espagne, a déclaré le directeur général de la marine colombienne, l'amiral José Joaquín Amézquita, dans un communiqué. Ce dernier a aussi fait part de la découverte de pièces d'or avec un monnayage typique de l'époque. Le chef de l’État colombien a également déclaré que la surveillance de l'épave avait permis de découvrir deux autres épaves à proximité, un bateau colonial et une goélette datant probablement des années 1800.

Crédit : Armada de Colombia

Crédit : Armada de Colombia

Un trésor au milieu d’une guerre juridique

L'épave du San Jose fait l'objet d'une bataille juridique depuis sa découverte. Et pour cause, la Colombie a revendiqué l'épave et son contenu, l'ancien président Juan Manuel Santos ayant signé la loi sur le patrimoine culturel submergé en 2013, qui stipule que les artefacts récupérés dans les eaux colombiennes appartiennent à l'État. Cependant, tout n’est pas si simple puisque l’Espagne a fait valoir ses droits, en indiquant que le navire lui appartenait et en citant la convention de l'UNESCO sur le patrimoine culturel subaquatique.

Pour compliquer encore les choses, de nombreux objets de valeur présents sur le navire ont probablement été pillés dans des pays d'Amérique du Sud, dont certains pourraient également revendiquer un droit sur une partie du trésor.

Source : Business Insider
Bouton whatsapp