Inde : ils poursuivent leur fils en justice et lui réclament 624.000 euros car il n'a toujours pas d'enfant

995partages
Bouton whatsapp

En Inde, un couple poursuit son fils unique et sa femme pour ne pas avoir eu de petit-enfant après six ans de mariage. Sanjeev et Sadhana Prasad, 61 et 57 ans, de l'État indien d'Uttarakhand, ont intenté une action en justice le 7 mai pour « harcèlement moral », selon le Times of India.

Crédit : ANI

À voir aussi

Le couple demande 624 000 euros de compensation, si un petit-enfant ne naît pas l'année prochaine. Les Prasad affirment qu'ils ont dépensé toutes leurs économies pour élever leur fils et qu'ils ont également payé ses études pour devenir pilote, ainsi que son somptueux mariage en 2016. D’après nos confrères de la BBC, le fils et sa femme n'ont pas encore répondu publiquement à la poursuite.

« Je n'ai qu'un seul fils. J'ai dépensé toutes mes économies pour son éducation » a déclaré le père. Il a ajouté que lorsqu'une récession économique et une perte d'emploi ont forcé son fils à retourner en Inde en 2007, lui et sa femme ont soutenu financièrement leur fils. Une fois que ce dernier s'est remis sur pied et a trouvé un emploi dans une compagnie aérienne privée, les parents affirment avoir arrangé le mariage avec sa femme.

« Nous l'avons finalement marié en 2016 avec l'espoir d'avoir un petit-enfant avec lequel jouer à l'âge de la retraite. Cependant, près de six ans se sont écoulés et il n'y a pas d'enfant. Nous sommes confrontés à un immense harcèlement mental » a expliqué Sanjeev Prasad. Le couple a ajouté que la carrière de leur belle-fille, qui, selon eux, la pousse à résider dans une ville différente de celle de son mari, leur cause également une « immense douleur ».

Crédit : ANI

Crédit : ANI

Une première en Inde

Les parents ont même proposé d'élever leur petit-enfant, au cas où leur fils et sa femme seraient trop occupés par leurs carrières. L'avocat des parents a également déclaré au Times of India que cette action en justice est « la première du genre dans la province », et probablement aussi la première dans toute l'Inde. « Du point de vue des parents, leur demande est justifiée. Leurs attentes ne sont pas fausses » a déclaré l'avocat, Arvind Srivastava.

L'affaire devrait être entendue par le tribunal le 17 mai. En tout cas, une chose est sûre, on ne peut qu’être surpris en apprenant cette histoire rocambolesque !

Bouton whatsapp