Landes : le client d'un bar dit « pain au chocolat » au lieu de « chocolatine » et déclenche une bagarre

2 191partages
Bouton whatsapp

Une bagarre a éclaté dans un bar des Landes, à cause du sempiternel débat sur l’opposition entre « pain au chocolat » et « chocolatine ».

C’est l’histoire d’un « mec » qui rentre dans un bar, prononce le terme « pain au chocolat » et déclenche une bagarre !

Cette drôle d’histoire, qui aurait très bien pu sortir de la bouche d’un Coluche, c’est celle d’un touriste originaire du Nord, coupable d’avoir osé prononcer le terme « pain au chocolat » au lieu de « chocolatine » dans un établissement des Landes.

On le sait, l’éternel débat sur l’usage de telle ou telle appellation pour désigner la viennoiserie divise une partie du pays depuis toujours et notamment dans le Sud-Ouest où l’on ne veut pas entendre parler de « pain au chocolat ».

Mais pour certains, cette traditionnelle chamaillerie va un peu trop loin !

Crédit photo : Kris Land / Shutterstock

Une bagarre éclate dans un bar des Landes à cause de l'antagonisme... pain au chocolat / chocolatine

Deux vacanciers ch’tis l’ont appris à leurs dépens, alors qu’ils se trouvaient dans un bar de Mimizan (Landes).

La scène se déroule le 9 juillet 2020. Interpellé par un habitant de 21 ans qui lui demande si on dit « pain au chocolat ou chocolatine », l'un des deux touristes a le malheur de répondre la première option et cette réponse, somme toute futile, va alors donner lieu à un véritable pugilat.

L’individu agresse en effet soudainement les deux hommes et les frappe violemment à la tête, leur infligeant de lourdes blessures.

Les deux victimes souffrent d’une fracture de la mâchoire, d’un enfoncement du crâne et d’un déplacement de dents.

Jugé ce mardi 15 février, l’agresseur a affirmé ne pas avoir d’explications quant à sa violente réaction, évoquant l’usage de produits stupéfiants.

« Je suis bête. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça. Avec l’effet de groupe, l’alcool et le cannabis, ça m’a entraîné », a-t-il ainsi raconté à la barre du tribunal de Mont-de-Marsan, selon nos confrères de Sud-Ouest.

Conformément aux réquisitions du procureur, l’individu a été condamné à 4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt.

Bouton whatsapp