L'actrice Jamie Lee Curtis, 64 ans, se déclare « pro-âge » pour dénoncer la honte de vieillir

Bouton whatsapp

L’actrice Jamie Lee Curtis a toujours un avis très tranché sur les tendances de la société et elle s’est toujours positionnée à contre-courant des diktats de la mode. Elle assume vieillir et en fait même une force.

On le sait, le monde de la publicité peut être impitoyable, surtout lorsqu’on ne se conforme pas aux soi-disantes normes de beauté. Il faut être beau/belle, jeune, sans défaut physique, etc… Bref, bien loin de la réalité !

Et c’est encore plus prenant à Hollywood où tout est basé sur l’image. Ce n’est pas un hasard si on voit autant de célébrités vieillissantes avoir recours à la chirurgie esthétique pour garder une apparence « jeune ».

Dans le même temps, de nombreuses marques de cosmétiques vantent leurs produits « naturels » pour combattre, ralentir ou gommer le vieillissement. Des crèmes estampillées anti-âge qui effacent ou cachent les rides pour rester belle ou beau ? Très peu pour Jamie Lee Curtis !

L’actrice âgée de 64 ans a toujours assumé son vieillissement naturel, portant à merveille ses cheveux gris, puis blancs. Ne lui parlez surtout pas de mode « anti-âge » car elle n’en peut plus d’entendre cette expression.

Lors d’une conférence, elle a dénoncé ce terme avec beaucoup d’aplomb : « Ce mot ‘anti-âge’ doit être démonté. Je suis pro-âge. Je veux vieillir avec intelligence, grâce, dignité, verve et énergie. Je ne veux pas m’en cacher comme si c’était mauvaise chose ».

À une époque où la moyenne de l’espérance de vie grandit et où la population vieillit de plus en plus, pourquoi renier ce vieillissement ?

Jamie Lee Curtis dénonce une industrie qui « cache » la réalité

« Je ne veux pas renier ce à quoi je ressemble, j’ai vu à quoi je ressemblais. J’essaye juste de l’accepter. Si je me regarde dans le miroir, c’est plus dur de l’accepter, je suis plus radical alors que si je ne regarde pas, je ne m’en fais pas tant que ça ».

Instagram / Jamie Lee Curtis

Longtemps considérée comme un symbole de beauté dans les années 80, elle utilise ses réseaux sociaux pour montrer que l’on peut vieillir intelligemment. Elle dénonce notamment l’industrie du film qui a pour habitude de « cacher les choses » à travers des moyens pernicieux comme les filtres et les corrections sur les images.

Pour son dernier film « Everything, Everywhere, All at Once », elle a donc refusé qu’on la retouche au montage : « Ma consigne était : je ne veux aucune correction ».

Elle confie alors son expérience personnelle face à ce diktat de la beauté : « J’ai aspiré mon ventre depuis mes 11 ans, quand tu commences à être conscient des garçons et des corps, et que les jeans sont super serrés. J’ai très spécifiquement décidé d’abandonner et de relâcher tous les muscles que j’avais et que j’avais l’habitude de serre pour cacher la réalité. C’était mon objectif. Je ne me suis jamais senti plus libre créativement et physiquement ».

Lionsgate

À 64 ans, Jamie Lee Curtis ne veut plus gâcher son temps à s’inquiéter de son corps : « Mon crédo est : si ce n’est pas maintenant, quand ? Et si ce n’est pas moi, qui ? Et c’est ce qui m’a libéré de faire tout ce que je voulais ».

Bouton whatsapp